Christian Gourcuff et le FC Nantes, un mariage inévitable ?

Si le FC Nantes actuel ne suit pas exactement les traces des légendes qui ont fait grandir le club, voir Christian Gourcuff arriver sur son banc est presque une évidence. En effet, si l’on compare la vision du football du technicien breton et la conception qu’en avaient les glorieux anciens entraîneurs du FCN, on arrive à un résultat sensiblement égal.

Le coach historique du FC Lorient ne le nie pas. Il l’assume même : « Je n’ai jamais caché mon admiration pour le FC Nantes de Suaudeau et Denoueix. Je revendique une certaine filiation technique de ces gens-là que j’apprécie également humainement. Ça a été un moment donné un objectif (d’entraîner le club). Si vous parlez du FC Nantes dans le monde, vous avez une image. Ce ne sont pas seulement les résultats qui comptent, il y a aussi cette sensibilité du jeu qui est remarquable. »

« Retraite avec mes chiens »

En fin de carrière, Christian Gourcuff est donc sorti de sa « retraite » pour s’offrir une dernière expérience en guise de plaisir personnel. La cerise sur le gâteau en somme. « J’étais bien en retraite dans le fin fond de ma Bretagne avec mes chiens. J’ai toujours la passion du foot. Le président me connait depuis longtemps, on a déjà eu des contacts par le passé. » Notamment en 2016, au moment de sa signature avec le Stade Rennais. Les deux rivaux régionaux le convoitaient mais ce sont les Rouge et Noir qui ont emporté la mise. Une deuxième expérience en Ille-et-Vilaine pour Gourcuff qui s’est terminée en eau de boudin et qui laisse une plaie toujours ouverte même s’il affirme laisser ça derrière lui. « J’ai très mal digéré mais c’est du passé. »

Pourtant, même si l’histoire est belle et que les romantiques (ou les nostalgiques, c’est selon) commencent à rêver, le mariage entre CG et la Maison Jaune a des raisons de capoter.

Nommé jeudi dernier à la tête du FC Nantes, Christian Gourcuff a dirigé son premier match trois jours plus tard sur la pelouse de Lille, pour une courte défaite (2-1). Un premier rendez-vous accéléré pour le Breton qui devait laisser son adjoint Patrick Collot gérer le match afin de prendre tranquillement la température. L’équipe alignée au coup d’envoi devrait subir de nets changements et, ce, dès le prochain match face à Marseille, samedi (17 h). En effet, le 4-3-3 dans lequel ont évolué les Jaunes ne colle pas aux idées et à la philosophie du natif de Hanvec, qui a une nette préférence pour le 4-4-2 à plat.

Effectif pauvre sur certains postes

C’est d’ailleurs là que réside le plus gros du problème. Pour que la mayonnaise prenne, il faut que le groupe adhère à ses idées mais, surtout, qu’il puisse évoluer dans le système préférentiel de Gourcuff. A l’heure actuelle, le FC Nantes affiche plusieurs manques sur certains postes clés. Le 4-4-2 à plat made in Christian Gourcuff ne semble pas être le système idéal pour optimiser les forces de l’effectif nantais. Face à Lille, les ailiers titulaires étaient Marcus Coco et Lucas Lima. L’ancien Guingampais s’est gravement blessé au bout de dix minutes tandis que son alter ego joue habituellement un cran plus bas, en tant que latéral gauche. Pire, l’international Espoirs a été remplacé poste pour poste par Samuel Moutoussamy. Le joueur formé à l’OL, auteur d’une bonne saison 2018-2019, a une nouvelle fois été contraint d’évoluer contre nature pour un rendu proche du néant. Le bricolage pourrait encore durer longtemps, Marcus Coco étant le seul véritable ailier du groupe professionnel.

Même chose au poste d’avant-centre. Kalifa Coulibaly, auteur d’une seconde partie de saison très intéressante, est le seul attaquant confirmé. Les autres candidats à une des deux places de devant sont des jeunes du centre (Kolo Muani, Youan) ou recrutés cet été (Ndilu). Le retour de Santy Ngom, mis au placard par Miguel Cardoso et Vahid Halilhodzic, pourrait changer les choses si son profil plaît à Christian Gourcuff. La chance du club nantais, c’est que le mercato est encore ouvert pendant une petite vingtaine de jours. Il faut cependant réagir vite au risque de devoir composer avec des joueurs qui n’évoluent pas à leur poste de prédilection.

L’effectif actuel du FC Nantes poste pour poste.

Christian Gourcuff s’est déjà fait remarquer par le passé en faisant évoluer des joueurs à des postes auxquels ils ne semblaient pas destinés. Morgan Amalfitano et Yann Jouffre, deux très bons éléments du Lorient de CG, ont joué sur le côté durant la quasi-totalité de leur séjour morbihannais. Pourtant, ils avaient plutôt des caractéristiques de milieux axiaux. « Il faut qu’il y ait une cohérence collective. Il faut utiliser les qualités de chaque joueur et trouver des complémentarités. Si vous jouez, sur le côté, avec quelqu’un qui n’a pas de qualités spécifiques de percussion et de débordement, ce serait intéressant de l’associer avec un latéral capable de pallier à ces déficiences. » C’est toute la force du technicien breton : réussir à convaincre un joueur de, parfois, jouer contre-nature pour le bien du collectif. C’est un message qu’il a également répété à de nombreuses reprises lors de sa présentation lundi. « Les ambitions sont individuelles mais lorsque le jouer a intégré que son intérêt est collectif, 80% du chemin est fait. Il faut réussir à fédérer. »

L’équipe que pourrait aligner Christian Gourcuff après ses explications.

Bien sûr, rien n’est définitif mais le manque de percussion dans l’effectif du FC Nantes pourrait contraindre le coach des Canaris à utiliser des joueurs contre-nature. Ici, la présence de Benavente et Louza en faux-pied sur les ailes pourrait leur permettre de rentrer dans le cœur du jeu pour retrouver épisodiquement leurs positions préférentielles et ainsi laisser le couloir aux latéraux.

Les Jaunes sont également dépendants du mercato. Si les pistes annoncés ces derniers jours se concrétisent (Moses Simon et Majeed Waris notamment), Christian Gourcuff bénéficiera de vrais spécialistes pour évoluer sur les ailes et en attaque. Il ne sera plus obligé de bricoler ; le Nigérian s’installant dans son couloir et le Ghanéen reformant le duo avec Coulibaly qui avait fait mal à beaucoup de défenses de Ligue 1 en fin de saison dernière. Mais ces joueurs ne sont pas encore arrivés, et les Nantais vont se frotter à une nouvelle grosse écurie du championnat ce week-end avec la réception de Marseille.

Dans un football moderne où la loi est dictée par les résultats et avec lequel il a souvent estimé ne plus être en phase, le chantier est donc de taille pour le nouvel entraîneur du FC Nantes. Il faudra performer rapidement, même s’il s’est évertué à répéter que la réussite n’était pas seulement liée au nombre de victoires.