Paulo Sousa : les clés de la réussite

Dans un contexte de crise entre supporters et direction, la méthode de l’entraîneur portugais permet aux Girondins d’être 4èmes de Ligue 1. Décryptage.

Un système de jeu novateur

Très vite, les choix tactiques de l’entraîneur portugais ont interpellé. Dès ses premières prises de paroles, Paulo Sousa a affiché son intention : jouer avec un système inédit en Ligue 1. Trois défenseurs axiaux en phase offensive, quatre quand les Girondins n’ont pas le ballon, et un rôle prépondérant pour les pistons placés dans les couloirs. Parfois difficile à assimiler pour certains joueurs, le dispositif pose maintenant problème aux adversaires des Marine et Blanc.

Un management exigeant

Les Girondins de Bordeaux, le scapulaire, leur histoire… Et leur réputation de club tranquille, sans pression. Ce dernier élément, Paulo Sousa voulu le combattre. Concentration et application : son leitmotiv était clair dès sa prise de fonction. Les joueurs peu concernés ont vite été écartés, en témoigne l’éviction de Younousse Sankharé cet été, conclue par une fin de contrat la semaine dernière. Ceux qui sont restés ont dû se mettre au pli. Contre Nantes, le 3 novembre, Samuel Kalu s’est montré un peu trop nonchalant au moment d’entrer en jeu. La sanction n’a pas traîné : Josh Maja a pris sa place. Le Nigérian est resté sur le banc.

Une communication soignée

Paulo Sousa ne convainc pas que les observateurs médiatiques de la Ligue 1. Les supporters bordelais sont aussi tombés sous le charme de l’ancien milieu de terrain. Son discours est ambitieux, son français impeccable. Il a su se mettre les amoureux des Girondins, y compris les Ultramarines dans sa poche. Un appui indispensable alors que le conflit entre le Virage Sud et la direction bat son plein.

La patience forcée des dirigeants

Paulo Sousa a eu la chance d’être arrivé au bon moment. Avec des actionnaires américains pas vraiment habitués au football européen, l’ancien joueur de l’Inter Milan a eu toute la latitude pour mettre en place ses principes, malgré une série noire en fin de saison dernière. Avec deux victoires en trois mois, le natif de Viseu aurait pu voir son aventure girondine être écourtée. Mais un succès prometteur face à l’OM en avril lui a offert un sursis. Suffisant pour installer la « méthode Sousa ».

La proximité avec le groupe

La semaine dernière, entre deux séances vidéo poussées, le groupe bordelais a troqué les crampons contre des ustensiles de cuisine. Leur coach avait ajouté à leur programme une session confection de sushis. Le but ? Renforcer la cohésion entre ses hommes. Des initiatives qui semblent plaire à des joueurs élogieux concernant leur entraîneur. Avec des relais essentiels au sein de groupe, Sousa s’assure le soutien de ses hommes. Des cadres s’affirment, comme Briand, Costil ou Pablo, aux côtés des jeunes promesses Adli ou Tchouaméni, pour ne citer qu’eux. L’apport de la meilleure recrue estivale Laurent Koscielny, en plus de renforcer l’assise défensive, occupe aussi une place essentielle dans la dynamique actuelle de l’effectif girondin.

 

Crédit photo : Dave Winter/Icon Sport

Diezista en freelance entre Madrid et Bordeaux. Souvent au stade, toujours dans l'info.