5

Florent Torchut, reporter indépendant, a passé de très longues années en Argentine. Collaborateur pour plusieurs grands médias, il a également co-écrit la biographie officielle de David Trezeguet Bleu Ciel.

Spécialiste du football argentin, il revient pour nous sur l’affaire Marcelo Bielsa, de son départ de l’OM à son arrivée à Lille.

Peux-tu nous rappeler les raisons liées à la démission de Marcelo Bielsa de l’OM ?

Tout est une question d’interprétation…

Il faut savoir que Bielsa, son surnom le « Loco » -il l’a dit lui-même un jour- c’est parce qu’il a tendance à avoir des comportements étranges par rapport au commun des mortels. Ça implique que Bielsa a une façon de fonctionner qui est un peu à l’ancienne : les principes et la parole sont des choses qui ont une grande valeur à ses yeux.

Effectivement, lors des discussions pour la prolongation de son contrat, il avait signé une seule année avec la possibilité de renouveler automatiquement.

D’un côté, nous avons les défenseurs de Labrune, qui travaillent avec lui, et qui ont tendance à faire porter le chapeau à Bielsa en disant qu’il est parti parce qu’il est fou, parce qu’on ne peut pas compter sur lui. Ils ont fait les vierges effarouchées, en disant : « on n’a pas compris ce qu’il s’est passé ».

Et de l’autre côté il y a Bielsa, qui s’est exprimé sur le sujet le jour de sa démission, même s’il n’a pas voulu s’étendre. Pour avoir rencontré beaucoup de gens de son entourage (des amis d’enfance, des gens qui ont travaillé avec lui en Argentine, des journalistes qui ont fait des biographies sur lui, des personnes qui connaissent très bien le personnage…), à force j’ai fini par comprendre qu’il était très attaché à la parole. Et ce qu’il s’est passé pour moi, c’est que Labrune n’a pas réalisé que c’était quelque chose qui était important pour lui et ils ont voulu changer quelques virgules, quelques détails…

Imaginons que le contrat était à 95% de ce qui avait été accordé. Pour Bielsa « on s’était mis d’accord sur des choses très claires, très précises, vous m’avez changé les conditions même si pour vous ce n’est pas grand chose, pour moi vous aviez donné votre parole là-dessus… ! » et voilà ce qui a provoqué le clash.

Evidemment il y a des personnes au sein du club, notamment les supporters, qui ont pu mal vivre ce moment-là car en plus ça tombait le soir de la première journée.

A l’issue d’une défaite en plus…

Oui mais il faut bien comprendre que le personnage Bielsa n’est pas quelqu’un qui fonctionne sur de l’instantané, c’était calculé de sa part. La défaite, le contenu du match et le résultat du match n’ont pas influencé son choix. C’est une décision qu’il avait prise à mon avis quelques jours avant, il a mûri ce truc-là. Une fois qu’il a pris la décision, il n’y a pas possibilité de revenir en arrière. Je pense qu’il en a sûrement parlé avec ses adjoints mais c’est quelqu’un qui décide de manière unilatérale. Il a dû leur faire partager sa décision, prendre un peu la température mais à mon avis une fois qu’il a annoncé la décision à ses adjoints, ils auraient pu faire tout ce qu’ils auraient voulu, je ne pense pas qu’il serait revenu en arrière. C’est quelqu’un de très têtu, quand il a une ligne directrice, quand il a décidé quelque chose, il s’y tient.

L’amour du public marseillais ne pouvait-il pas peser dans la balance ?

Non, parce que c’est quelqu’un d’extrêmement professionnel. Pour connaître Bielsa il faut faire un gros travail, énormément de personnes pensent le connaître mais ce n’est que la partie visible de l’iceberg. Pour connaître la partie immergée il faut revenir sur ses terres à Rosario, et quand tu comprends vraiment sa façon de fonctionner, sa pensée,  tu comprends qu’il a réfléchi à son contrat… Ce n’est pas une question d’argent, c’est plus une question de moyens.

C’est quelqu’un qui  développe un vrai projet de jeu et pour lui dans ce projet de jeu chaque détail est hyper important. Pour lui quand les dirigeants l’ont « trahi » sur ce sur quoi ils s’étaient mis d’accord oralement, pour lui, ils ont aussi trahi les supporters. Il faut se mettre dans son esprit pour essayer de comprendre ses réactions, on peut ne pas être d’accord, on peut le critiquer, mais pour lui les dirigeants lui avaient promis des moyens très spécifiques, il avait parlé de la formation, d’investissements sur le marché des transferts, etc… Ils n’ont pas tenu parole, pour lui c’était : « vous n’avez pas tenu parole, vous n’avez pas tenu votre partie du contrat, moi je ne vais pas faire la mienne et je préfère m’en aller. »

Du coup quand il a quitté l’OM, beaucoup de tes confrères ont pensé qu’il allait prendre la tête de la sélection mexicaine. Est-ce que cette piste était d’actualité ou c’était farfelu ?

Des personnes m’ont informées du vol sur lequel il était, je l’ai attendu à l’aéroport, à l’époque j’étais encore à Bueno Aires.

Pour la petite histoire quand il est passé devant nous, j’étais avec un collègue de France 2 que j’avais prévenu, on n’était que tous les deux avec une personne qui travaille pour la presse mexicaine. Quand il est passé devant nous, on a dit « Monsieur Bielsa, vous allez au Mexique ? », il nous a regardé avec un regard noir, il n’a pas vraiment secoué la tête mais ça voulait dire non. Et ensuite on lui a dit « Mais vous allez à Rosario ? » et là il a fait un grand sourire il  dit « Oui, oui ». Il a tendu la main pour dire stop, je ne veux pas vous parler, je ne répondrai pas. Les expressions de son visage voulaient vraiment tout dire.

Pour être très complet sur le Mexique moi je pense que la fédération mexicaine en a fait sa priorité, son option numéro 1. Ils ont fait le forcing auprès de ses collaborateurs, des gens qui le représentent (il n’a pas vraiment d’agent mais il travaille avec des avocats). Même si le projet aurait pu l’intéresser, pour le coup je me remets dans son état d’esprit, là par respect pour l’OM, pour ne pas qu’on pense qu’il a lâché l’OM parce qu’il avait ce truc là en back-up, ça ne lui a jamais traversé l’esprit. En tout cas c’est mon point de vue. Ce n’est pas un point de vue tombé de nulle part, en discutant avec des gens qui connaissent bien le dossier, qui connaissent bien justement ses avocats, il n’a même pas étudié la proposition.

Pour lui c’était hors de question d’étudier la proposition par rapport à cette histoire avec l’OM, il avait besoin de prendre du recul pour étudier toute proposition. Il l’a fait à chaque fois quand il a arrêté, que ce soit avec Newell’s, Velez, les sélections argentines et chiliennes, Bilbao… il a toujours eu un break pour recharger les batteries.

Et il a une autre raison, c’est qu’il y avait déjà un sélectionneur en place au Mexique et Bielsa, par principe, n’accepte jamais ne serait ce que de commencer à négocier sur un poste qui n’est pas libre. Pour lui c’est inconcevable, c’est une espèce de solidarité envers les confrères.

Justement pour la piste mexicaine sais-tu pourquoi il refuse d’aller là-bas?

Le financier n’est pas sa priorité. Le Mexique aurait pu lui offrir de bonnes conditions et c’est quelqu’un qui se débrouille toujours pour avoir de bons contrats. Mais ce n’est pas quelqu’un qui va penser ses contrats en fonction de ce qu’il peut gagner.

Moi je trouve ça assez étonnant car le Mexique a quand même un réservoir de jeunes joueurs, ça aurait pu être intéressant. Peut-être qu’il a décidé de ne plus travailler avec une sélection, après avoir quitté le Chili il a voulu faire Bilbao, son envie était plus de travailler au quotidien. Il l’a dit d’ailleurs dans la conférence Aspire qu’il a faite à Amsterdam, son rêve c’était d’entrainer un jeune joueur de ses 15 ans jusqu’au niveau de maturité pour être professionnel. Il s’est rendu compte que le travail au quotidien lui plaisait plus après ses expériences en sélection. C’est plutôt ça qui l’a freiné que le potentiel du football mexicain.

Comment analyses-tu l’attitude de tes confrères et de plusieurs consultants à l’égard de Señor Bielsa alors que son professionnalisme est souligné et de multiples hommages sont rendus par des personnes reconnues dans le milieu du football ?

Un mec comme Courbis trouvait que les autres entraîneurs et les médias étaient trop sympas avec lui parce qu’il était étranger et qu’il n’a jamais rien fait de plus que les autres pour mériter tous ces honneurs-là. J’ai l’impression quand même que les médias l’ont relativement bien traité, pendant sa période à l’OM non ? Je ne m’en rends pas compte parce que je n’étais pas en France.

En France, ce n’était vraiment pas top, ça l’a descendu à tout va. Le traitement n’était pas à la hauteur du personnage.

Là-dessus c’est difficile, étant à l’étranger je n’ai pas suivi la campagne médiatique autour de lui mais effectivement il est beaucoup plus reconnu à l’étranger. J’ai eu pas mal de joueurs qu’ils l’ont eu en sélection argentine comme des Gallardo, des Sorin qui effectivement le citent tout le temps en exemple comme le meilleur entraîneur qu’ils ont eu, celui qui a su tirer le plus parti de leurs qualités. Mais en fait en France c’est aussi une question d’analyse des résultats, c’est-à-dire qu’avec l’OM il a fait quelque chose de pas mal du tout mais il s’est écroulé un peu en fin de saison.

Après au-delà du résultat tu as toute la ferveur, toute la dimension émotionnelle aussi qu’il a apportée, tout l’engouement qu’il y eu autour du club, c’est quelque chose qui vaut quand même pas mal de points non ?

Tout à fait, il a eu un peu de tout. Je me souviens dans l’Equipe il y a eu des papiers qui étaient justement sur cette passion-là, il y a eu des Unes assez fortes avec lui, sur l’amour que lui portaient les supporters. Quand Marseille était sur le haut de la vague, il y a eu quelques Unes assez mémorables, il y a eu des papiers assez positifs mais c’est vrai qu’avec la fin de saison et son départ au début de la suivante, le débat tournait autour de « bah finalement ok, Bielsa il n’a pas gagné grand chose, que ce soit en France ou avant… il a toujours bien fait jouer ses équipes, il les a toujours amenées loin mais au final il n’a remporté que très peu de trophées».

Comment penses tu que M. Lopez a réussi à le convaincre de rejoindre le projet lillois ?

Je t’avoue que comme pas mal de mes camarades j’ai été assez surpris du choix de Bielsa. Je pense que la clef, c’est deux choses :

  • la formation : il veut vraiment avoir ce qui se fait de mieux dans ce domaine pour pouvoir travailler dans des conditions optimales afin de former lui-même les joueurs qui viendront nourrir l’équipe première.
  • les installations sportives qui pour lui sont la clé, d’ailleurs à Bilbao un des clashs qu’il a eu avec la direction était par rapport aux travaux qu’il y a eu sur les installations du club. Lille est en train d’investir une fortune pour répondre à toutes ces exigences.

Oui il a lancé des travaux d’aménagements sur le domaine de Luchin pour qu’il y ait des doubles sessions d’entraînement et que les joueurs restent sur place.

Voilà ! Si le club lui donne des garanties en termes de formation et d’installations de haut niveau, en lui disant « il y a un projet, c’est toi qui va mener le projet en ayant ces bases-là de formation et d’installations », à partir de là, ça l’intéresse.

En plus l’autre chose c’est qu’il a dû bien se sentir en France pour y revenir. C’est étonnant ! Personne ne s’attendait dans son entourage à ce qu’il revienne en France car il n’aime pas revenir dans les endroits où il a déjà été. En Argentine, il a entraîné Velez, en Espagne il a peu de chance qu’il vienne entraîner une autre équipe que Bilbao…

Pourtant son nom a circulé à Newell’s ?

Oui c’est le rêve des supporters, mais d’après ce que j’ai compris il fera une dernière pige à la fin de sa carrière, ce sera un peu son jubilé d’entraîneur. Il a un problème avec Newell’s, le stade a été rebaptisé à son nom et il ne le vit pas forcément très bien. L’imaginer entraîner une équipe où le speaker dit « bienvenue au stade Marcelo Biesla ! » et qu’il soit sur le banc c’est quelque chose qui le dérange un peu.

Autre point sur le projet lillois, la cohabitation avec M. Campos n’est-elle pas vouée à l’échec quand on connaît l’estime qu’a Marcelo pour le monde des agents et les relations qu’entretient M.Campos avec ce milieu ?

C’est effectivement pour moi la grande interrogation de cette année. Le mot cohabitation est assez bien choisi, parce qu’il faudra que Campos prenne toute la mesure du personnage et soit assez flexible. Le problème, et Bielsa l’a dit lui-même en parlant de Sampaoli et des systèmes de jeu, c’est que ce n’est pas quelqu’un de flexible. Il le sait, il en est conscient mais c’est sa manière de fonctionner donc il faut qu’à côté de lui il y ait quelqu’un qui ait son opinion, qui soit effectivement ouvert à la discussion, qui puisse lui proposer des noms, avec qui il puisse échanger. Mais il faut savoir ne pas braquer le personnage parce que si vraiment il y a des divergences trop importantes c’est sûr que niveau sportif ils risquent d’aller droit dans le mur. Car Bielsa, comme ce qui s’est passé à Marseille, s’il n’est pas satisfait, s’il ne sent pas qu’il a les pleins pouvoirs sur cette partie-là, partira.

Le problème c’est que Campos je ne le connais pas, je ne connais pas sa personnalité, mais peut être que lui aussi ne voudra pas avoir l’impression d’être un pantin. Il va falloir qu’avec Ingla, avec Lopez, chacun trouve sa place.

Tu penses que Marcelo va arriver avec une liste de courses bien précise ou plutôt des profils de joueurs et laisser Campos gérer ?

Je pense qu’il a étudié le marché, c’est quelqu’un qui consomme énormément de football, qui regarde tous les championnats, à mon avis il a une liste de noms en tête.

Il a dû réfléchir aux postes qu’il fallait renforcer, ceux où il a besoin de titulaires, ceux où il a besoin de remplaçants et en fonction de ça il va discuter avec Ingla. D’après ce que j’ai compris, ils se sont rencontrés il n’y a pas très longtemps avec Ingla, Lopez. Je pense qu’ils avancent là-dessus car le mercato on y est !

Effectivement ils se sont rencontrés pendant le grand prix de formule 1 à Barcelone…

Exactement, voilà il est venu voir le grand prix mais je ne pense pas qu’ils n’aient parlé que de Formule 1 pendant ce week end.

Donc ils doivent avancer sur des dossiers, on verra bien ce qu’il en sort. Pour que ça marche à mon avis avec Bielsa, il faut effectivement lui donner les clés du camion, lui suggérer des choses, discuter, mais le choix final ce sera pour lui, bien évidemment à la condition que ce soit raisonnable et dans les prix de Lille. Ils ne vont pas faire venir des joueurs qui sont dans le top 10 ou 20 mondial, ça c’est clair. Je pense que la politique de recrutement ça va être de faire venir des jeunes talents français et européens pour pouvoir les faire grandir et évoluer. D’après ce que j’ai compris l’idée c’est de faire un peu comme ce qui se fait à Monaco : faire venir des jeunes, les faires grandir, les vendre et recommencer…

Tu penses qu’ils vont être dans l’optique formation ou post-formation comme l’est actuellement Monaco ?

Un mix des deux avec toujours l’idée de pouvoir en nourrir rapidement l’équipe première. A mon avis ils vont jouer sur plusieurs tableaux à la fois à moyen terme pour pouvoir emmener les jeunes d’ici deux-trois ans en équipe première et pourquoi pas s’inscrire dans un projet à plus long terme en les conservant d’avantage.

Dans l’effectif actuel quels sont les joueurs Bielsa-compatibles ?

Bonne question, il a un effectif assez jeune, je pense que ça a pu peser dans sa réflexion.  Il y a par exemple Gabriel, Brésilien de moins de 20 ans, le Portugais Rony Lopes qui a 20 ans aussi.. Tout ces profils-là, ce sont des joueurs qui comme Benjamin Mendy vont être appelés à grandir avec lui. Tous les jeunes joueurs qu’il a eu sous sa coupe s’accordent à dire qu’il y eu un avant et un après dans leur carrière. Bielsa leur a fait prendre conscience de leur potentiel et de comment l’exploiter de la meilleure des manières.

Après je vois aussi un Ricardo Kishna… Pour moi ce sont ces joueurs-là qui ont entre 18 et 23 ans qui vont avoir la chance de travailler avec l’un des plus grands coachs de ces 20 dernières années. Marcelo Gallardo me disait que Bielsa lui a vraiment permis de franchir un cap, d’être meilleur sur tous les aspects du jeu, de faire ressortir tout ce qu’il y avait de meilleur en lui à l’entraînement pour après l’appliquer sur le terrain.

Il y a vraiment énormément de jeunes qui sont arrivés à Lille ces derniers temps. Je ne sais pas si c’est quelque chose de discuté avec Bielsa mais c’est presque des « cadeaux » que lui ont préparé le board.

On pense à Kishna… Formé à l’Ajax …

Ah ouais, ce sont des joueurs qui correspondent à l’école Bielsa. Bielsa c’est un grand fan de Van Gaal… Le profil de Mike Maignan, tout ça c’est du pain béni pour Bielsa, c’est exactement ce qu’il recherche.

Très honnêtement ce ne sont pas des joueurs que j’ai vu jouer mais ce sont des profils que Bielsa peut sublimer. En dehors de la formation et des installations dont on a discuté tout à l’heure, l’effectif devait lui plaire, il ne va pas faire le ménage et virer tout le monde. Lopez a dû faire le mercato en pensant à ce que Bielsa allait pouvoir faire derrière.

Est-ce que tu penses que des joueurs comme Benzia  et surtout Bahlouli, peuvent éclore sous Bielsa ?

Complètement parce que la clé de Bielsa c’est le psychologique. C’est de déclencher quelque chose chez le joueur, de lui donner confiance en lui mais aussi d’être dur. La confiance OK je te la donne, j’ai confiance en ton potentiel, mais c’est à toi en entraînement et en match de me prouver que cette confiance est méritée.

On le voyait souvent avec Mendy ou les autres joueurs de l’OM, il s’approchait d’eux, il leur donnait des conseils dans l’oreille, il est vraiment très paternaliste, il les prend par l’épaule, il les couve. Après ça marche ou ça marche pas, tout dépend de la mentalité du joueur.  Il forme presque des soldats en gros : « j’ai confiance en toi, est-ce que t’es prêt à aller à la guerre avec moi ? Moi je te fais confiance à 1000% ». Il leur donne leur chance, si le joueur derrière rend cette confiance ça peut marcher, sinon ça peut aller au clash, ça lui ait arrivé de se friter avec des joueurs…

Est-ce que tu penses que les joueurs lillois sont en mesure d’intégrer la charge de travail qu’il leur réserve ?

A priori oui, ce sont des mecs qui ont le potentiel pour supporter cette charge de travail s’ils sont professionnels. Mais la question c’est combien de temps ? C’est toujours le problème avec Bielsa, souvent ses équipes ont tendance à faire des fins de saison en tirant beaucoup sur la corde, on l’a vu avec un Gignac par exemple. Il y a toujours un petit coup de moins bien. Est ce qu’il aura un peu appris de ses erreurs passées ? Est ce qu’il saura mieux gérer, bien s’entourer de préparateurs physiques ? En fait il faut ne pas partir trop vite, trop fort et de pas cramer ses joueurs pour bien finir le dernier quart de saison, le moment clé de l’exercice pour aller chercher des titres ou aller accrocher des places en coupe d’Europe. Est-ce que à ce moment-là ses joueurs seront physiquement en état ou est-ce qu’il les  aura déjà complètement cramés ? C’est toujours la question avec Bielsa.

C’est l’heure de se mouiller : à quelle place tu vois le LOSC version Bielsa finir la saison 2017-2018 ?

Ils vont recruter des joueurs pour pouvoir passer un cap, allez je vais me mouiller je vais dire entre la 5eme et la 7eme place.

Je pense que Monaco va être encore très fort, que Paris va vouloir récupérer son titre, il y a Marseille aussi… Je ne les vois pas au-dessus de la cinquième place très honnêtement

Tu ne les vois pas faire une Nice de cette année ?

Non je ne pense pas, je pense que cette année c’est d’abord de bien prendre la mesure de l’équipe, voir comment il veut faire jouer son équipe. Il faut voir aussi comment ses joueurs vont s’adapter à son système parce que mine de rien l’OM ça été très rapide. Il a réussi vite à les faire jouer comme il voulait mais peut être que ça va être un peu plus long. Peut-être que le projet est plus à long terme, il a beaucoup de jeunes… L’objectif ça va être d’accrocher la Ligue Europa donc s’il la décroche ce sera une très, très belle performance. Lui ce n’est pas le genre à jeter l’EL et jouer que le championnat.

Ils essaieront de faire ça et la saison d’après de viser une des trois premières places. Tu as le PSG qui est bien installé, Monaco qui si ils arrivent à garder leurs meilleurs joueurs vont pouvoir faire une grosse saison. Il va y avoir Marseille, Lyon, Nice, à mon avis ça va être les mêmes cinq que cette année. Lille à mon avis ils vont se battre avec Bordeaux, avec Saint-Etienne, pour figurer autours de la cinquième place. Et puis Bielsa c’est un entraîneur de coupe, ce sont des compétitions qu’il aime bien….

Crédits photos : AFP PHOTO / DENIS CHARLET