1

Voilà près d’un an et demi (voire plus) que l’AS Saint-Etienne traîne son spleen. Après de belles années sous Christophe Galtier qui avait un bon groupe de joueurs, l’histoire a un pris un mauvais tournant que beaucoup avaient senti venir dans les travées de Geoffroy-Guichard. Et logiquement, celui qui a sauvé le club de la relégation en 2010, usé, a fini par s’en aller. Quand Oscar Garcia a été installé à sa place, une lueur d’espoir s’est installée chez les supporters stéphanois, mais cela aura été de courte durée au vu du fiasco qu’a été son court mandat. Alors après une première partie de saison dantesque, où en est le club ligérien et comment se dessine l’avenir ?

Un mercato pour débuter une nouvelle saison en Janvier

Depuis plusieurs saisons maintenant, les supporters de l’ASSE ont été habitués aux mercatos low-cost. Des joueurs peu chers, souvent inconnus au bataillon et dans la grande majorité des cas pas au niveau. Le dernier marché estival a d’ailleurs été un parfait exemple de cette stratégie extrêmement bancale mise en place par une direction de plus en de plus dépassée. Beaucoup de joueurs sont arrivés mais peu sont ceux qui ont vraiment donné satisfaction. Diony et Janko en tête d’affiche de ce naufrage, n’ont jamais convaincu un public d’ores et déjà dépité. Le second avait d’ailleurs été recruté du fait de son prix attractif d’après R. Romeyer.

Et cette politique de transfert a eu des répercussions tout au long de la première partie de saison puisque si les quelques semaines d’O. Garcia n’ont guère été utiles, celles de Julien Sablé n’ont pas été plus brillantes. Un mauvais travail avec un effectif pas au niveau, composé de joueurs pas franchement professionnels pouvant être considérés comme des poisons pour le vestiaire ont suffi à faire couler le club en bas du classement. Une longue traversée du désert durant laquelle les supporters ont été les seuls à se rebeller, les seuls à respecter un blason terni par des mois de mauvaise gestion en interne.

Simple et efficace. (Crédit photo: Anthony Perrel)

Les difficiles derniers mois semblent, justement, avoir réveillé le club qui s’est dépêché de réagir en remplaçant un Julien Sablé en échec le plus total par J. L Gasset (rapidement rejoint par G.Printant). R. Romeyer a lui aussi pris du recul afin de laisser F. Paquet prendre doucement la main en tant que directeur général du club. Et c’est sans aucun doute sous leur impulsion, à tous, que le dernier mercato hivernal a été réussi, une première depuis  bien longtemps.

Le club a pris un tournant relativement radical en se penchant sur des joueurs connus, confirmés. Ces derniers ont tous pour point commun de vouloir se relancer. Sur le papier, ces arrivés sont aussi des paris du fait de la situation de ces différents joueurs. Mais si cela fonctionne… Alors en plus du retour de prêt de Robert Beric, l’ASSE a enregistré les arrivées de Neven Subotic, Yann M’Vila, Paul-Georges Ntep, et Mathieu Debuchy. Rien de mieux pour redonner de l’espoir à une ville effrayée de voir son monument sombrer.

Et comme cela n’était pas suffisant, le club s’est aussi délesté de nombreux poids ayant une influence néfaste sur le vestiaire. Ainsi Florentin Pogba et Bryan Dabo ont respectivement fait leurs valises pour la Turquie et l’Italie. Pendant ce temps Lois Diony a été envoyé à Bristol City. Leo Lacroix, quant à lui, est retourné en Suisse. Tout comme Alexander Søderlund qui restera tout de même dans les cœurs pour son but lors de la dernière victoire à domicile dans le Derby. Il va s’en dire que le peuple vert n’est pas prêt de pleurer ces joueurs, un tel ménage était nécessaire pour repartir du bon pied.

Nouvel entraineur pour remonter la pente, et après ?

 

Comme évoqué plus haut, le club ne s’est pas contenté de restructurer son effectif au cours de l’hiver. Le banc de touche s’est aussi transformé avec l’arrivée de la doublette ayant sauvé Montpellier l’an dernier : Jean-Louis Gasset et Ghislain Printant. Avec ces deux hommes, Saint-Etienne peut enfin songer à regarder en haut. Car si le duo a récupéré l’équipe en piteux état, on sent une amélioration depuis la reprise du championnat. On voit une équipe qui se donne, qui a de l’envie, sans pour autant être fantastique.

Pour le plus grand bonheur des amoureux du club, les deux hommes n’y vont pas avec des pincettes, et il n’y a pas de place pour la langue de bois. La détermination et l’envie que l’on perçoit, enfin, sur le terrain transparaissent aussi dans leur discours.

Avec ces deux hommes sur le banc, les choses vont dans le bon sens, le groupe tourne et un semblant de discipline a visiblement fait son retour, chose qui manquait cruellement ces derniers temps. Certains joueurs vont mieux, à l’image de Loïc Perrin, qui jusque là, n’était que l’ombre de lui-même. Samedi dernier face à Amiens (qui était, certes, très faible), il a retrouvé de sa superbe avec un Neven Subotic très convaincant à ses côtés. Comme quoi, lorsque l’on est entouré de vrais joueurs, ça change la donne.

C’est ainsi que le club a gagné son premier match à l’extérieur depuis le 16 septembre en s’imposant 2-0 face à Amiens. Les verts ont ainsi enchaîné deux victoires consécutives après celle face à Caen le week-end précédent. Une première depuis octobre. De quoi redonner de l’espoir à tout le monde.

Union sacré. (Crédit photo: asse.fr)

Le tandem présent sur le banc a visiblement insufflé un vent de fraicheur à ce Saint-Etienne grandement souffrant. Pourtant il faut garder les pieds sur terre et ne pas s’enflammer puisque l’équilibre reste précaire. La fin de saison est encore loin et donc le danger de la relégation n’est pas encore écarté, bien que l’équipe se trouve sur la bonne voie.

L’autre raison pour laquelle il est primordiale de rester lucide est sans aucun doute le fait que tout cela n’est finalement qu’une vision à court terme. Comme l’évoquait le site EVECT il y a peu, J. L. Gasset et son adjoint ne devraient pas rester dans le Forez. Il faudra donc rapidement s’atteler à chercher un nouvel entraineur. Et c’est à ce moment que l’on entre dans une grande zone d’ombre puisque l’on ne sait pas vraiment où le club se dirige.

Depuis quelques temps maintenant, le directoire cherche des repreneurs. Est-ce que les derniers mois chaotiques vont accélérer le processus ? Bien possible. Cette période peut permettre d’écrire un nouveau chapitre de l’histoire d’un Saint-Etienne qui a besoin de grandir économiquement parlant. Surtout dans le contexte actuel. Le club devra toutefois veiller à faire les choses correctement pour éviter les catastrophes comme à Lille ou à Sochaux.

Enfin, si cela n’est pour le moment qu’à l’état de spéculation, l’ASSE se devra de construire cet avenir avec ses jeunes joueurs, ses valeurs mais aussi ses supporters qui sont les garants de l’identité de Saint-Etienne. Sans eux et les tribunes vivantes de Geoffroy-Guichard, le club ne peut écrire une nouvelle page car s’il y a bien une chose que les autres lui envient, ce sont ces hommes et femmes dévoués en tribunes, à chaque match (quand il n’y a pas une quelconque interdiction). Ces personnes qui songent, avec attention, à ce futur qui n’est fait que d’incertitudes pour le moment.

Credit photo: AFP PHOTO / JEAN-PHILIPPE KSIAZEK