[Ligue 1] Wahbi Khazri, un sanguin au grand cœur

Après un bon retour en Ligue 1 avec le Stade Rennais, Wahbi Khazri fait le bonheur de Saint-Étienne. L’attaquant tunisien possède un caractère à part, mélange de générosité et d’impulsivité.

Les Girondins de Bordeaux sont menés 1-0. Le but de Léo Lacroix pour Sion fait la différence dans cette 3ème journée de la phase de groupes de Ligue Europa. Bordeaux doit égaliser en ce début de saison 2015-2016, d’où la rentrée de Wahbi Khazri à la 64ème minute. 13 minutes plus tard, le Tunisien récolte un carton jaune pour protestations. Il n’a pas eu le temps d’entrer dans son match qu’il en est déjà sorti. A la 86ème minute, Khazri récolte un second carton jaune pour une semelle ridicule sur un Suisse. Furax, le Bordelais s’en prend au joueur au sol, provoquant une rixe inutile au milieu d’une triste défaite à domicile des Girondins.

L’erreur de Trapp, un symbole

Fort heureusement, Wahbi Khazri, ce n’est pas que ça. C’est aussi une facilité technique au service de lui et des autres (15 buts et 15 passes décisives en un an et demi avec Bordeaux). C’est une générosité sur le terrain, à la fois dans l’altruisme balle au pied mais aussi à travers dépense énergétique. Khazri n’est pas du genre à marcher sur la pelouse. Une attitude qui le rend attachant, illustrée par cette égalisation contre le PSG, où il chipe le ballon des pieds de Kevin Trapp. Un but chanceux ? Sûrement. Mais le destin a toujours été prêt à filer un coup de pouce à Wahbi.

Le 20 février 2009, Wahbi vient d’avoir 18 ans. En guise de cadeau, Bernard Casoni, alors entraîneur du SC Bastia où Khazri a évolué de 2004 à 2014, lui offre ses premières minutes en professionnel. Au Stade de la Licorne d’Amiens, Khazri découvre la Ligue 2 à la 85ème minute. Moins d’une minute plus tard, Serisay Barthelemy marque l’unique but de la rencontre sur une passe de… Wahbi Khazri. Efficace, non ? Un souvenir qui fait penser à cette sublime Madjer du Tunisien contre Marseille, pour son premier match avec le Stade Rennais en 2017, après seulement deux minutes. Il aime commencer fort le petit Wahbi.

Passion contester les décisions arbitrales

Bon, il a peut-être commencé un peu trop fort la saison dernière. Face à Guingamp lors de la 9ème journée, Khazri trouve le moyen de prendre un jaune pour contestation. Ok Wahbi, calmes-toi, n’en rajoute pas… trop tard, deuxième carton jaune pour le même motif, expulsion après une heure de jeu. Et on applaudit l’arbitre en plus de ça… allons Wahbi, reprends-toi et contrôle tes nerfs à ton retour de suspension. Réception de Bordeaux, Khazri reçoit un carton jaune, soit un avertissement lors de trois matches consécutifs, synonyme de suspension pour la prochaine rencontre. Il ne peut pas s’en empêcher.

Au total, Khazri a récolté 9 cartons jaunes sous le maillot rennais en 24 matches de Ligue 1. Les supporters ont certainement envie de lui filer des claques quand il conteste avec véhémence auprès de l’arbitre, parfois à la limite de saboter son match et celui de son équipe. Mais c’est Wahbi : compétiteur, franc et dur sur la pelouse. Tout sauf un vilain garçon, il sait même se mettre en retrait. Comme face à Lille cette saison, où il laisse Rémy Cabella tirer le penalty. Wahbi Khazri a 27 ans aujourd’hui. Pourtant, il ne perd pas ses deux caractéristiques : son sens du but (4 réalisations en 8 matches cette saison) et son agressivité (4 cartons jaunes, provoquant sa suspension contre Toulouse).

Un coup de poing en match amical

Le capitaine des Aigles de Carthage reste avant tout un brillant footballeur. Il l’a démontré à la Coupe du monde 2018, où il se révèle buteur et passeur face à la Belgique puis au Panama. Mais son histoire en sélection ne fut pas toujours des plus glorieuses. Le 15 novembre 2016, la Tunisie reçoit la modeste Mauritanie dans le cadre d’une rencontre amicale. Sauf qu’à la 57ème minute, le geste commis par Khazri n’a rien d’amical. Frustré par un défenseur trop collant, le natif d’Ajaccio le repousse. Les deux hommes se font face, l’arbitre se précipite et Khazri envoie une droite au Mauritanien. Carton rouge. Tout ça lors d’un amical sans enjeu ? Relax Wahb…

Il faut néanmoins souligner que Khazri traversait alors la période la plus difficile de sa carrière. Le Tunisien venait de perdre sa place de titulaire à Sunderland, bon dernier de Premier League, sans que Khazri ne soit décisif une seule fois. Il terminera la saison avec un but en 838 minutes. On pouvait le croire enterré dans les bas-fonds du football, mais sa renaissance s’effectuera au Stade Rennais avec l’histoire qu’on connaît. Aujourd’hui, Wahbi Khazri est un homme heureux qui n’oublie pas d’où il vient. Le numéro 10 de Saint-Étienne s’est signalé par un don de 10 000 euros à son club formateur du SC Bastia, qui avait déposé le bilan un an plus tôt.

Wahbi Khazri est un cocktail explosif. De l’explosivité, il n’en manque pas avec les Verts. Il s’impose comme le chouchou des supporters par le cœur à l’ouvrage qu’il met dans chacun de ses matches, de ses appels, de ses pressing et de ses duels. Ce cœur qu’il mime avec les doigts après ses buts. Oui, Wahbi Khazri est un sanguin parfois excessif dans ses gestes. Mais un sanguin au grand cœur.

Crédit photo : PHILIPPE DESMAZES / AFP

J'aime beaucoup le foot. Et Marco Verratti. Surtout Marco Verratti.