Valère Germain, cartons rouges et qualifiés : Le récap’ de la Ligue des Champions #4

La phase de poule de cette Ligue des champions a dépassé la moitié du chemin. Avec les premiers qualifiés qui commencent à se dessiner et des matchs qui deviennent de plus en plus fous. Le parfum de cette compétition devient de plus en plus intense.

Groupe A : Rendez-vous pris au Bernabéu…

La qualification est là pour Paris, mais que ce fut dur. Après un match qu’on qualifiera de purge (1-0), les hommes de Tuchel ont validé leur ticket pour les huitièmes. Le tap-in d’Icardi et l’arrêt décisif de Navas sur penalty, deux temps forts pour écarter une équipe de Bruges qui méritait mieux. Le PSG ira donc en leader à Bernabéu pour un match qui sent bon, très bon.

Si le PSG a galéré, le Real Madrid a lui vécu une magnifique soirée ! Six buts inscrits, aucun encaissé et une complicité naissante entre le Brésilien Rodrygo (18 ans) et le français Benzema. Pour le premier, ce triplé est une belle promesse, tant les Madrilènes manquent de buteurs réguliers. Et pour le second, il s’inscrit encore plus dans la légende de cette compétition, devenant le second joueur à marquer dans plus de 15 saisons de LDC.

Groupe B : La bonne étoile des Spurs

Si Niko Kovač n’est plus en poste, le Bayern continue son bonhomme de chemin dans la compétition. Car sans surprise, l’intérimaire Hans-Dieter Flick a pu compter sur l’habituel but de Lewandowski. Mais on saluera tout de même son coaching, faisant de Perisic le remplaçant le plus rapidement buteur en LDC (33 secondes) depuis un ex-Monégasque…

Avec seulement un petit point d’avance sur le club serbe au coup d’envoi, Tottenham disputait un match crucial. Autant d’enjeux sportifs et financiers capitaux décidés par un but aussi absurde, c’est pour cela que le football reste formidable. Ce formidable script passé, les Spurs ont déroulé (4-0) et se dirigent vers le prochain tour, car bon, il y a un statut de finaliste à défendre malgré tout.

https://twitter.com/SpursFR/status/1192180598636503040?s=09

Groupe C : Des gardiens de folie

Si Manchester City a connu son premier accro de la compétition et que l’Atalanta y a pris ses premiers points (1-1), l’image marquante de cette rencontre nous a été offerte en fin de match. Rentré à la mi-temps, Claudio Bravo s’est fait expulser et a donc dû laisser sa place aux cages à… Kyle Walker. Le défenseur a même réussi deux arrêts. Quand on vous dit que les joueurs sont de plus en plus polyvalents.

Qui a dit qu’un Dinamo Zagreb – Shakthar Donetsk serait ennuyant ? 1-1 à la 80e minute, 3-1 pour les Croates à la 93e puis les Ukrainiens qui marquent deux buts, dont un penalty, obtenu par le gardien de Shakhtar à la 97e pour égaliser ! 15 dernières minutes de folie, qui valent leur pesant d’or dans l’optique d’une qualification en 8ème.

Groupe D : Pannes sèches

Et la lumière fut. Rentré en cours de jeu, Douglas Costa a offert une précieuse victoire à la Juve et la qualification, sur le terrain de Moscou (2-1). Mais comment ne par parler d’une nouvelle performance anecdotique de Cristiano Ronaldo. On sait qu’il peut se réveiller à tous moments, spécialement en février/mars. Mais ça commence à faire beaucoup d’indicateurs au rouge, surtout pour un joueur qui aura 35 ans dans trois mois.

L’Atlético a calé en Allemagne face à un vaillant Bayer Leverkusen (1-2). Si Morata a confirmé sa bonne forme avec un nouveau but, le talent offensif allemand a dominé l’équipe de Simeone. Le coach en avait pourtant vu d’autres… L’Atlético reste néanmoins en embuscade de la Juve.

Groupe E : Feu vert et mise au vert…

Depuis leur faux pas inaugural au San Paolo, les Reds réalisent un carton plein. Néanmoins, chaque rencontre a comporté son lot de frayeurs et d’erreurs de concentration. Face à Genk, c’est un marquage imaginaire sur corner qui a temporairement relancé les Belges. C’était avant le but du revenant Oxlade-Chamberlain, décidément très bien intégré dans cette équipe. Liverpool s’oublie donc parfois, mais Liverpool gagne (2-1). Un tenant du titre, en somme.

Englués dans une crise sportive terrible, les Napolitains avaient malgré tout l’occasion de se qualifier en s’imposant face à Salzbourg. Objectif raté (1-1), Lozano répondant au septième but dans la compétition du goleador Haaland. Les hommes de Carlo espèrent donc se qualifier à Anfield lors de la prochaine journée. A priori, ce sera sans mise au vert suite au boycott des joueurs à l’issue de la rencontre.

https://twitter.com/RMCsport/status/1191844735704543237?s=20

Groupe F : Le diable s’habille en Praha

D’abord maintenu à flot par une prestation exceptionnelle de Kolár, le Slavia Prague a largement fait jeu égal avec le Barça en seconde période. Et comme le club catalan a été fidèle à ce qu’il propose depuis bien trop longtemps, on ne va pas s’attarder dessus (0-0). Il est plutôt l’heure de se rappeler du faciès du président du club tchèque, juste après le tirage au sort. Force est de constater que son équipe relève à merveille le défi proposé. Et ce n’est pas fini.

Après le Camp Nou, le Conte Ball s’est exporté dans un autre magnifique stade européen, le Westfalenstadion. Son héritage ? Une première période sensationnelle, récompensée par deux buts sublimes signés Martinez et Vecino. Mais comme à Barcelone, la conclusion fut la même. Le BVB n’est pas un faire-valoir, et l’a prouvé au cours d’un incroyable retournement de situation. 3-2 au final, et Dortmund reprend la main dans la poursuite de la qualification. Incroyable mais vrai, Achraf Hakimi a marqué 4 buts dans cette Ligue des champions, soit le double de Messi et Ronaldo cumulés.

Groupe G : Sur la route de Memphis

Si seulement Lopes s’était appliqué dans sa relance au match aller, l’OL serait 1er du groupe et quasiment qualifié. Mais à l’issue de ce match retour contre Benfica (3-1), Lyon se donne les moyens de se qualifier en 8ème de finale. Bien aidé par Mendes et Aouar notamment, Memphis a profité de cette victoire pour marquer l’histoire du club, en rejoignant un illustre brésilien. Non, ce n’est pas celui auquel vous pensez.

Dans ce groupe à priori homogène, Leipzig s’impose comme le patron. Dans le froid russe, les Allemands sont partis gagner (2-0) dans un stade où beaucoup coincent. Même sans Werner, remplaçant au coup d’envoi malgré sa grande forme actuelle.

Groupe H : Les montagnes russes

Qu’il y en a des choses à dire sur ce match entre Chelsea et l’Ajax… Il ne faut pas oublier de saluer la performance des joueurs d’Amsterdam, qui confirme que leur parcours de l’année dernière n’était pas le fruit du hasard. Alors que le score était de 4-2 pour l’Ajax, Gianluca Rocchi, l’arbitre de ce match, a cru bon d’expulser deux joueurs « oranges » et d’offrir un penalty à Chelsea sur le même coup de sifflet. Les Londoniens ont même cru à la victoire, mais le VAR en a décidé autrement. Drôle de match, dont Kepa s’en rappellera pour une raison bien plus personnelle.

Il en a encore manqué un peu au LOSC. Les dogues tenaient un bon nul à Valence avant d’exploser en vol (1-4). Les chauves-souris de Valence ont planté trois buts dans les 10 dernières minutes pour éliminer les Lillois, dont un missile sol-air de Kondogbia. Cruel apprentissage pour les Nordistes.

On se retrouve les 26 & 27 novembre prochain avec la 5ème et avant-dernière journée de cette phase de poule, qui commencera à être sacrément décisive. On a hâte ! Et vous ?

Co-écrit avec Thibaut Garioud

Crédit photo : PA Images / Icon Sport