Euro 2020 : un an pour sauver les Bleus

Ce vendredi 12 juin aurait dû donner le coup d’envoi de l’Euro 2020, un tournoi à la formule et à la localisation étalée dans toute l’Europe signée Platoche, pour les 60 ans de la compétition. Crise sanitaire oblige, l’événement n’aura finalement lieu que l’année prochaine. Un report qui, sur le plan sportif, tombe à pic pour l’Équipe de France de Didier Deschamps. Certains noms peuvent souffler un bon coup et se refaire la cerise avant la nouvelle échéance. Petit tour d’horizon des Bleus.

Didier Deschamps :

Ben oui hein, sans surprise, le premier soulagé de ne pas avoir à aller sillonner le vieux continent cet été, c’est notre DD national. Il faut dire que la fin des qualifications a été pour le moins poussive ; avec la courte victoire en Islande (0-1), le nul contre les Turcs (1-1) puis des matchs tout aussi peu agréables face à la Moldavie (2-1) et l’Albanie (2-0).

Homme à soulever les trophées, il aurait surtout eu cette fois à porter le poids des critiques avant l’entame de la compétition, au vu des prestations des Bleus. Et ce même amputée de pas mal de cadres. 12 mois de plus pour peaufiner son plan B quand le plan A a été égaré à l’infirmerie, ça ne fait pas de mal, surtout quand il faut jouer l’Allemagne et le Portugal d’entrée.

Oui, l’Albanie c’était pas génial. Photo: Dave Winter/Icon Sport

Benjamin Pavard :

Chouchou de la France entière le temps de savourer le sacre mondial et revoir une centaine de ralentis de sa frappe de bâtard. Avant de rappeler de façon assez régulière que ses lacunes aussi bien défensives qu’offensives ne se sont pas évaporées comme par enchantement.

Devenu soudainement cible de pas mal de critiques au point que certains se demandent si un retour de Djibril Sidibé ne serait pas le bienvenu, il pourra mettre à profit une deuxième saison au Bayern. Le temps de dissiper tout doute quand à ses capacités et rentrer un peu plus dans le cœur de DD.

Icon Sport

Lucas Hernandez : 

Arrivé en grandes pompes au Bayern avec la double étiquette de champion du monde et de transfert le plus cher de l’histoire du club bavarois… puis blessé quasiment 4 mois au cumulé. Le club le plus effrayant du moment a un an pour nous remettre notre défenseur/caution grinta/mascotte en forme. Parce qu’on l’aime autant qu’il aime les sapins.

Clément Lenglet :

Les temps forts de sa saison vont de quelques interventions bien senties à une série de jongles de la tête désastreuse devant le buteur de la Moldavie, ou à un Clasico cauchemardesque en décembre dernier. Sans coronavirus, Lenglet serait arrivé à Clairefontaine avec les valises remplies d’interrogations et vides de confiance, ou presque.

A l’image de son Barça, l’exercice 2020-21 devra être celui du retour au calme qu’on lui connaît. Avant de définitivement foncer dans le mur, ou de constater que Pavard peut très bien évoluer dans l’axe.

Photo: Anthony Dibon – Icon Sport

Benjamin Mendy : 

Il a du mal à se remettre en route du côté de Manchester City après un prêt longue durée au FC Twitter, mais au moins, il joue. Son équipe n’a rapidement plus eu grand-chose à jouer sur le plan national. Si son niveau laisse encore à désirer, on se console en se disant qu’il aura au moins été présent sur la pelouse du Bernabeu pour une affiche qu’il n’aurait, jusque très récemment, joué que sur FIFA 20. Allez Benji, un peu de courage, être le Mendy titulaire de l’Equipe de France ça se mérite !

Paul Pogba : 

4 matches au mois d’août, 2 fin septembre et 2 entrées en jeu pour faire plaisir aux supporters pour le Boxing Day à Noël. Un constat aussi inquiétant que le fait qu’il soit désormais impossible à différencier de son frangin Florentin, ou que son désir de quitter le zone industrielle de Manchester se heurte au mur de la crise économique. Il va falloir en finir avec les critiques quant à son état de forme et son manque de motivation à revêtir le maillot de Man Utd. Pour cela, arrêter la Pogdance serait un bon début.

Corentin Tolisso : 

Lui aussi boucle un exercice dont on retiendra principalement les blessures à répétition. Chose qui n’aura pas échappé à son club du Bayern. Selon RMC Sport, les dirigeants allemands ont offert un bon de sortie à leur milieu de terrain.

Aujourd’hui, MU et l’Inter Milan sont évoqués. Pourtant, un retour en France, et plus précisément dans la capitale comme Bild l’indiquait en février, semblerait davantage inspiré. Tolisso a des qualités de tenue du ballon et de projection qui font cruellement défaut à l’entrejeu du PSG. Une place de titulaire serait largement envisageable au vu de la concurrence en place, soit bien plus de certitudes qu’un pari anglais à l’aube de l’Euro.

Moussa Sissoko – Blaise Matuidi :

Eux, ça ne compte pas. Même si le premier est encore sur un genou et que le second réalise une saison calamiteuse, on sait tous comment tout ça va se finir.

Thomas Lemar :

Il a sans doute disparu des radars au point que vous ne vous attendiez pas à le voir dans cette liste, mais la France a besoin de lui. Vraiment.

Payet déclaré hors-course par DD, Coman et Dembélé qui se seront claqués au mollet deux semaines avant le début de l’Euro, Martial jugé pas assez travailleur : il ne restera que le flop de l’Atlético pour combler l’aile gauche, après une saison 2020-21 à se remettre de deux ans de galère. Parce que Matuidi ailier, les amoureux de foot n’y survivront pas une seconde fois. Surtout si ça tourne mal contre le Portugal et l’Allemagne. Retrouve la lumière, petit héros de ce match contre les Pays-Bas…

Photo: Baptiste Fernandez – Icon Sport

Florian Thauvin : 

L’homme qui valait 40 millions d’euros. Maintenant, c’est la somme offerte à qui peut nous expliquer comment il est possible de rester 6 mois sur le carreau suite à « une simple petite arthroscopie ». Allez Flotov, une petite campagne kamikaze en Ligue des champions pour te relancer, ça te dit ?

A LIRE AUSSI – Florian Thauvin, l’heure du poker menteur

Olivier Giroud :

Titulaire de plus en plus menacé, ok. Remplaçant mais cadre de la campagne de Ligue Europa, pourquoi pas. Mais passer la saison en tribunes, même DD n’aurait rien pu faire pour le défendre. Heureusement, Giroud a plus d’un tour dans son sac : 75 minutes à martyriser Tottenham (2-1) et le soldat Lloris juste avant une interruption de 4 mois et le tour est joué. Plus qu’à boucler un transfert chez qui lui donnera ses 40 minutes de jeu mensuelles et il pourra priver la France du magnifique trio Grizou-Mbappé-Ben Yedder. Alors, c’est qui le champion du monde ?

Photo: Icon Sport

Walter Benitez :

Le natif de la province du Chaco, en Argentine, a récemment déclaré qu’il ne serait pas contre l’idée de représenter la France si on lui en donnait l’opportunité. Après tout, bien installé à l’OGC Nice, en l’absence d’Areola parti pour son voyage Erasmus et de Lecomte séquestré par Glik et Jemerson, pourquoi pas ? Surtout que l’on connaît le goût prononcé de notre sélectionneur pour les joueurs à la situation administrative pas très claire. Poke Kalidou Koulibaly.

 

 

Crédit photo : Icon Sport

0