Real Madrid : les principaux acteurs d’une 34e Liga

Cette saison 2019-2020 de Liga est à présent terminée et c’est le Real Madrid de Zinédine Zidane qui a décroché son 34ème sacre, lors de l’avant-dernière journée. Si ce titre est avant tout un travail d’équipe basé sur la régularité, certains acteurs se sont montrés déterminants dans l’obtention de ce trophée.

Sergio Ramos, le patron

Lorsque le Real Madrid a performé, son capitaine a toujours eu un rôle déterminant à jouer dans ces succès. Cette saison n’échappe pas à la règle puisqu’avec 11 buts, il est le deuxième meilleur buteur du club. Mais l’impact de Ramos ne se mesure pas seulement sur les buts, il est également précieux dans la construction avec une moyenne de 91% de passes réussies. Véritable leader charismatique de l’équipe, il galvanise sans cesse ses coéquipiers et leur transmet sa rage de guerrier.

Le capitaine merengue a encore un peu plus écrit sa légende cette saison. Il a joué son 650ème match pour la maison blanche, a inscrit le 100ème but de sa carrière lors de la dernière journée et est devenu le défenseur le plus prolifique de la Liga, devant Ronald Koeman. Il est également devenu un des meilleurs tireurs de penalty au monde avec 22 réalisations consécutives à ce jour.

À LIRE AUSSI – Liga : l’équipe type de la saison 2019-2020

Depuis la reprise, Ramos était sur un nuage et ses 6 buts ont grandement contribué au sacre du Real. A deux reprises, il a inscrit le seul but de la rencontre et a permis de débloquer des situations compliquées. Une fois de plus, il a été déterminant dans l’obtention d’un trophée et, malgré ses 34 ans, il semble loin d’être sur le déclin.

Benzema, l’éternel

Meilleur buteur du club avec 21 réalisations et auteur de huit passes décisives, Karim Benzema s’est montré irrésistible cette saison. Véritable pilier de l’attaque, ses coéquipiers ont pu compter sur lui pour assurer devant. Il faut dire qu’entre les blessures d’Hazard et Asensio, le manque d’efficacité de Rodrygo et Vinicius et les rares titularisations de Bale et James, le Français a dû porter l’attaque madrilène sur ses épaules. À la construction comme à la finition, il a parfaitement rempli le contrat.

S’il a connu beaucoup de critiques et une baisse de régime en 2017-2018, il a retrouvé de sa superbe après le départ de Ronaldo et a repris le flambeau de leader offensif laissé par le Portugais. Après onze saisons à Madrid, il montre qu’il est toujours l’homme de la situation et qu’il faudra continuer à compter avec lui les prochaines saisons.

Seul élément regrettable : il termine deuxième meilleur buteur de Liga derrière Messi et n’obtient donc pas un titre de « pichichi » qui aurait été mérité pour beaucoup. Certains supporters en veulent d’ailleurs légèrement à Ramos de ne pas avoir laissé KB9 tirer les penalties, ce qui lui aurait surement permis de finir en tête du classement des buteurs.

Courtois, le mur

Après une première saison compliquée, le portier belge a complètement retourné la situation et est parvenu à devenir une des coqueluches du Bernabéu. Cette saison, Courtois a affiché un niveau stratosphérique battant plusieurs records et permettant au Real de prendre les trois points à de nombreuses reprises.

En plus de la Liga et de la Supercoupe d’Espagne, il remporte le trophée Zamora (prix qui récompense le gardien ayant le meilleur ratio matches joués / buts encaissés en Liga). Avec un ratio de 0,59, il bat son record personnel et le celui pour un gardien du Real Madrid. « El Muro » a également remporté le titre de meilleur joueur de Liga du mois de janvier, battu le record de clean sheets consécutifs de Navas en gardant sa cage inviolée pendant environ 500 minutes et termine avec 20 buts encaissés et 18 clean sheets, une première pour un gardien du Real depuis 1988.

Même si son talent n’est plus à prouver, il a récupéré le respect qu’il avait perdu ces dernières années et est à nouveau considéré comme l’un des meilleurs portiers du monde, même s’il n’en a jamais douté et que cette force mentale lui a permis de retrouver la gloire.

Le Barça, malgré lui

Si la puissance des merengues a été démontrée cette saison, en particulier après la reprise, la faiblesse du FC Barcelone a rendu la tâche plus simple pour l’équipe de Florentino Pérez.

Après un début de saison mitigé, les catalans se séparent de leur entraineur : Ernesto Valverde qui sera remplacé par Quique Setién, ancien entraineur du Betis qui avait montré de belles choses sans jamais exceller. La suite de la saison sous les ordres de Setién ne se passe pas mal et le Barça est leader, deux unités devant le Real Madrid avant le confinement. Lors du troisième match après la reprise, le club catalan concède un nul vierge sur le terrain de Séville et laisse le Real passer devant. Gérard Piqué déclare ensuite qu’il pense qu’ils ont perdu le titre et que le Real gagnera tout. Cette déclaration témoigne d’un manque de confiance et d’une certaine frustration émanant d’un des cadres du club. Setién répondra avant le match contre le Celta Vigo qu’il est convaincu que le Real perdra encore des points mais la situation de Barcelone va empirer… Deux nuls consécutifs vont suivre et la « Casa Blanca »  va s’envoler vers le trophée.

C’est à ce moment qu’une rupture totale semblera s’observer entre Setién, ses joueurs et le public. Le Barça joue mal et n’obtient plus de résultats, certains joueurs comme Antoine Griezmann sont dans une situation délicate et plusieurs polémiques apparaissent dans les journaux autour de Messi, parlant de divergence d’opinion avec l’entraîneur adjoint et d’un éventuel futur départ. Le groupe va mal et s’incline même sur sa pelouse face à Osasuna lors de l’avant-dernière journée, offrant, sur un plateau, le titre aux hommes de Zidane.

Zidane, le sauveur

Comment évoquer les principaux acteurs du titre sans parler du plus important ? Zinédine Zidane, parti un an plus tôt estimant ne plus rien avoir à accomplir laisse son groupe, dépourvu de Cristiano Ronaldo, à Julen Lopetegui puis Santiago Solari. Après cette saison, le Real Madrid semble plus mal que jamais et Florentino Pérez appelle Zidane en urgence. Le Français fait son retour dans la capitale espagnole portant les espoirs du peuple madridista et se donne une mission : remporter la Liga. Il estime que le championnat est la compétition la plus difficile à remporter et en fait son objectif numéro 1.

À LIRE AUSSI – Darwin Núñez, l’évolution cavanienne ?

Cependant, le début de saison madrilène est loin de faire rêver et la situation est inquiétante, l’effectif est-il trop vieux ? La forteresse tombe-t-elle en ruine ? C’est après une double confrontation en Ligue des Champions face au Galatasaray que le grand Madrid va doucement renaitre de ses cendres…

Le Real finit donc la saison en tête du classement, cinq points devant Barcelone (sept au moment de l’attribution du titre). Les hommes de Zidane terminent avec la meilleure défense du championnat avec seulement 25 buts encaissés et la seconde meilleure attaque avec 70 buts marqués.

Une parfaite exploitation de son groupe

En quelques mois, il a été capable de transformer la défense, le point faible du Real 2018-2019 en sa plus grande qualité cette saison. Il a réussi à ramener un esprit de groupe à toute épreuve, chose qui manquait cruellement à ses hommes lors de son retour. Il a redonné confiance à Courtois et bâti son équipe autour de lui, Ramos, Casemiro et Benzema. Le Français a aussi parfaitement intégré Mendy, Rodrygo, Militao et Valverde à l’équipe, ce qui a constitué un second souffle plus que nécessaire. Zidane a aussi très bien su profiter de la crise du Covid-19 pour réintégrer Hazard et Asensio au groupe, se rajoutant des options supplémentaires. Il a parfaitement exploité son groupe, permettant à Kroos, Modric ou encore Carvajal de récupérer leur meilleur niveau. Sa gestion a été exemplaire et il su varier ses compositions avec brio, délaissant parfois son 4-3-3 habituel pour s’adapter aux adversaires.

Zidane est un homme de parole et a donc ramené la 34ème Liga du Real Madrid. Il lui reste pourtant encore un dernier défi à accomplir cette saison : la Ligue des Champions. Pour ce faire, il devra d’abord se débarrasser de Manchester City, vainqueur 1-2 au Bernabéu à l’aller. Quoi qu’il arrive, la saison du Real Madrid est d’ores et déjà réussie.

Crédit photo : Marca / Icon Sport

0

Jeune Belge de 20 ans étudiant le journalisme à l'IHECS (Bruxelles)