L’Ultimo Gazette du 15 juin 2020

La plupart des championnats européens ont repris ou sont en cours de reprise. La Gazette peut faire son retour !

L’Affiche

Bayern Munich – Borussia Mönchengladbach

C’était le choc de la semaine en Bundesliga. Malgré des absences importantes de part et d’autre, les deux équipes se devaient d’obtenir un résultat dans ces dernières journées de championnat. Privé de Lewandowski et Müller, le Bayern a eu bien du mal face à un Borussia toujours à la lutte pour la Ligue des champions mais privé d’une de ses principales armes offensives en la personne de Pléa, puis de Thuram après quelques minutes. En l’absence de ses deux tauliers, et malgré les bonnes performances de leurs remplaçants Cuisance et Zirkzee, le Bayern aura connu un gros souci d’organisation notamment face au pressing incessant des milieux adverses.

Ce sont d’ailleurs les poulains qui se procurent les premières occasions… Avant que Sömmer, toujours à la limite sur ses relances, n’offre un but gag à Zirkzee. Butant sans cesse sur Neuer de son côté, Gladbach s’en sera finalement remis à un but contre son camp de Pavard pour égaliser, avant que le Français ne se rattrape en offrant le but de la victoire à un Goretzka réaliste en toute fin de partie (2-1). Le Bayern n’est plus qu’à une victoire du titre, le Borussia au coude-à-coude pour sa 4e place.

Le Fuoriclasse

Lionel Messi – FC Barcelone

Confinement ou pas, Lionel Messi s’en fiche royalement. Il est revenu comme il nous avait quittés, mais avec les cheveux et la barbe rasée. Il s’est baladé face aux pauvres Majorquins, impuissants face au génie qu’on avait sevré de football. Un but, deux passes décisives, un paquet d’autres pas converties, de la création de partout… Il a régalé les spectateurs en manque, et nous a aussi prouvé qu’il y encore quelques ballons d’or et quelques records qui risquent de tomber du côté de Barcelone. Victoire 4-0.

L’Ultimo XI

David Ospina – Napoli : Sa rentrée a vite tourné au vinaigre avec un corner direct bêtement encaissé après une minute contre l’Inter en demie retour de Coupe d’Italie. Il se rattrappe plus que largement en lançant une “hockey assist” de 60 mètres sur le but de l’égalisation avant d’écoeurer tout seul les nerazzurri pour offrir la finale au Napoli.

Nordi Mukiele – RB Leipzig : Parmi les bons élèves du foot européen, il y a Leipzig, qui terminera sur le podium de Bundesliga et qualifié pour les quarts de Champions’. Parmi les bons élèves de son effectif, il y a Mukiele. Fiable défensivement, tranchant offensivement quand la situation l’exige. Comme ce weekend face à Hoffenheim.

Sergio Ramos – Real Madrid : La légende madrilène égale une autre légende, barcelonais cette fois, Ronald Koeman, en tant que défenseur avec le plus de buts marqués en Liga: 67. Panthéon.

Jules Koundé – FC Séville : Toujours étonnant de maturité dans son jeu, l’ex bordelais a tout simplement écœuré les offensifs du Betis dans le gran derbi. Il se permet même d’être l’un des sévillans les plus dangereux du soir dans le sillage d’une victoire 2-0.

Jordi Alba – FC Barcelone : Vivement critiqué depuis pas mal de temps déjà, le compère Jordi a retrouvé de sa superbe pour la reprise. On a retrouvé l’entente avec Léo Messi qui a fait le bonheur du club depuis un paquet d’années déjà.

Dani Olmo – RB Leipzig : Le nouveau joueur préféré de notre rédac’ chef n’avait pas le temps ce week-end, si bien qu’il a décidé d’en finir rapidement. Un doublé dans le premier quart d’heure et une victoire 2-0 contre Hoffenheim.

Davy Klaassen – Werder : Il a enfilé le costume de patron à l’occasion du match vital pour le maintien face à Paderborn. Double buteur, omniprésent au coeur du jeu, un atout de poids pour le Werder dans le sprint final de Bundesliga.

Carlos Fernandez – Grenade : « C’était la guerre sur le terrain. » Une expression parfaitement illustrée par le Grenade-Getafe de ce weekend. Au milieu du carnage, il pousse Djéné à la faute pour égaliser et va arracher le but de la victoire en fin de rencontre. Un succès qui rapproche les siens des places européennes.

Lionel Messi – FC Barcelone : Voir la rubrique « Le Fuoriclasse ».

Lucas Ocampos – FC Séville : Lui aussi nous est revenu comme il nous avait quittés : en patron. Il porte son équipe, peut même se vanter d’être un leader technique et dans l’engagement. Il fait même des passes décisives du futur maintenant.

Lorenzo Insigne – Napoli : Un match de chien à claquer sprint sur sprint pour le lutin napolitain, et une passe décisive qui offre à Dries Mertens le record du nombre de buts marqués au pied du Vésuve.

Die Mannschaft

Werder Brême

Nous avions quitté en mars des vert-et-blanc à la dérive, auteurs d’un seul succès en 11 rencontres. Si le triste sort promis à ce club emblématique de Bundesliga n’a pas semblé changer lors de la journée de reprise (défaite 1-4 contre Leverkusen), le Werder s’est ensuite remis la tête à l’endroit, comblant peu à peu son retard sur la sortie de la zone rouge. L’opération sauvetage arrivait à un tournant ce week-end avec le déplacement chez le concurrent direct Paderborn, un succès total 1-5 avec la manière. Si il faudra passer par la pénible étape Bayern mardi face à des bavarois pouvant valider leur titre, l’espoir est (enfin) plus que jamais permis à Brême.

Le Golazo

Jesús Corona – FC Porto

Depuis la reprise, le FC Porto a marqué deux buts, tous inscrits par… Jesús Corona. Si certains avaient encore des doutes sur les tendances à la taquinerie du destin, on peut dire que cette fois on est servis. D’autant plus que le Mexicain, plus enclin à propager la joie que les microbes, a pris la peine d’inscrire un pion plein d’instinct et de malice qui, pour en finir définitivement avec les blagues nulles, est devenu viral. Bisous.

Le Mister

Gennaro Gattuso – SSC Napoli

L’image du type barbu, bourrin, ses déclas sans langue de bois, un style de jeu proposé par les équipes qu’il entraîne décrit comme parfois aussi disgrâcieux que l’était son jeu en tant que joueur… Les critiques, Rino les encaisse. La vérité, en revanche, c’est qu’il vient de ressouder un vestiaire, un club complètement brisé au moment de son arrivée il y a quelques mois.

Après avoir redonné au Milan une place qu’il n’a jamais retrouvée sans lui, il a permis au Napoli de retrouver le droit chemin et lui offre une place en finale de Coupe d’Italie aux dépends de l’Inter. Tout sauf un hasard ou une pure chance. Ni Sarri ni Ancelotti n’auront été si près de ramener un titre dans le sud de l’Italie. Rino, sauveur de la famille napolitaine… quand la sienne était profondément endeuillée. Cette finale de Coppa, c’est pour sa petite soeur Francesca.

https://twitter.com/minutefootball/status/1272089591064002560

L’Enjeu

Espagne : Brochette de mauvais élèves dans la course à la Ligue Europa

Alors que le FC Séville avait consolidé sa troisième place en battant le rival bético en match avancé, les autres candidats à l’Europe ont tous patiné. Valence, toujours là quand il s’agit de décevoir, perd déjà des points à domicile dans un match face à Levante qui paraissait plus qu’accessible. Doit-on ajouter qu’ils se font reprendre alors qu’ils sont en supériorité numérique? Et à la 98ème minute de surcroît? De bonne augure avant d’affronter le Real Madrid.

L’Atletico Madrid lui aussi est au ralenti. Le club colchonero a passé la saison à tenter de trouver une formule efficace, et semble toujours au point mort. Deux autres points qui leur filent entre les doigts face à Bilbao. L’intenable Getafe est revenu du confinement la tête dans le gaz. Réputé difficile à manier, le club de la banlieue madrilène a chuté d’entrée et voit ainsi Grenade et Villarreal se rapprocher dangereusement. Les hommes de Bordalas manquent par ailleurs l’occasion de se détacher de l’Atletico et de la Real Sociedad, elle aussi tenue en échec par Osasuna.

Diakhaby, encore coupable d’un penalty qui plombe Valence. Photo: IconSport

La Déception

SL Benfica

Les Aigles commençaient à dangereusement s’habituer à cette rubrique avant l’arrêt, leur reprise ne leur permet pas de changer cette vilaine habitude. Après avoir perdu leur première place au profit de Porto, les voilà désormais lancés dans une course à la médiocrité contre les bleu-et-blanc. 

Dernière contre-performance en date cette semaine. Un match au cours duquel les Benfiquistes ont perdu en seconde période un avantage de deux buts acquis avant la pause face au relégable Portimonense. Une nouvelle perte de points qui n’aidera pas à calmer les tensions entre les supporters et le club, dont le bus a notamment été caillassé la semaine précédente.

La Décla

Jean-Michel Aulas

Le président Lyonnais, au micro d’Europe 1, est revenu sur son conflit ouvert avec l’OM de Jacques-Henri Eyraud, entre autres choses au sujet du non-retour de la Ligue 1 cet été.

« Marseille fait partie des très grandes équipes, poursuit-il. Vous le savez, j’ai démarré le foot à Marseille avec un certain Bernard Tapie, donc je sais ce que c’est que le haut niveau. J’ai beaucoup d’admiration pour ce que Bernard Tapie a fait à Marseille.»

Alors, véritable main tendue ou hommage à la maîtrise de la communication de maître Tapie pour glisser un coup de crampons en douce sur les chevilles de JHE ?

Le Dérapage

Ante Rebic – AC Milan

Le Milan se rendait au Juventus Stadium pour les demi-finales retour de Coupe d’Italie avec l’obligation de marquer pour combler le maigre désaventage du “but à l’extérieur” inscrit par la Juve à San Siro avant la trêve (1-1). Opération mal embarquée quand l’arbitre désignait le point de penalty pour la Vieille Dame à la 13e minute. 

Miracle, Ronaldo voyait Donnarumma et son poteau repousser le tir et garder l’espoir rossonero intact… pendant 5 secondes. Le temps pour le ballon de revenir en rebondissant vers Danilo posté en retrait, et pour le Croate d’arriver du ciel comme un pélican, crampons en avant, droit sur la carotide du brésilien. Rouge direct, et élimination du Milan incapable de marquer à 10 contre 11 (0-0).

Le Contre-Pied

Haaland, encore un but de claqué

Pas facile de retrouver le rythme après un arrêt de trois mois. L’échauffement, la première course, et là c’est le drame… La jambe qui se dérobe après un petit saut de cabri. L’image sans parler de la sensation est aussi crispante que frustrante. Et s’il y avait de nombreuses craintes concernant les joueurs en manque de rythme, on avait en revanche, du mal à imaginer qu’elles concerneraient également les coachs, notamment Lucien Favre. Lors de la victoire de Dortmund (0-1) emportée au bout du temps additionel contre Düsseldorf, le technicien suisse, vu les circontances, est sorti de sa réserve traditionnelle pour exulter comme un petit fou. Et le mollet se déroba.

Le Geste

Daichi Kamada – Eintracht Francfort

Le jeune Daichi Kamada est en train d’exploser sans trop faire de bruit. Après avoir affolé la Jupiler League, il fait son trou à l’Eintracht Francfort. Pour preuve, ce slalom fabuleux dans la défense du Hertha Berlin, juste avant de mettre une passe en retrait parfaitement dosée pour André Silva qui n’a plus qu’à pousser dans le but vide. C’est beau le football.

https://twitter.com/FootballScoutYG/status/1271834379816484871

La Tribune

FC Porto

C’est sans doute la rubrique que l’on s’attendait logiquement le moins à pouvoir alimenter faute de public dans les stades. Les supporters du FC Porto ont eux trouvé la solution pour suivre le match et encourager leur équipe tout en respectant l’interdiction d’accéder aux tribunes en se postant… sur le toit de l’Estádio do Dragão.

Montez le son

Donnarumma du bout des gants

L’a-t-il touché ou non ? Non, ce n’est pas Brandão qui le demande, mais bien le peuple, après le penalty manqué de Ronaldo lors du décevant Juventus-Milan (0-0) en demi-finale retour de Coupe d’Italie. Si les premiers ralentis semblaient montrer un échec du Portugais qui accroche le montant, le révélateur sonore a révélé que le ballon avait été repoussé par Gianluigi Donnarumma. Le mètre 96 du portier international entièrement déployé aura bien aider à préserver la cage milanaise. Quand les images ne parlent pas, il faut parfois les écouter.

La Belle Histoire

Sinisa toujours aussi adroit

Reprise progressive pour les clubs de Serie A, les joueurs et entraîneurs mettent le pied à l’étrier pour être fin prêts à croiser le fer. A Bologne, s’il y en a un qui semble en forme, c’est du côté du banc qu’il faut regarder. Sinisa Mihajlovic, 51 ans, a prouvé devant les caméras du club toutes ses facultés dans l’art du coup franc. Enroulé sur enroulé, lucarne sur lucarne…. le Mister serbe écarté des terrains depuis le début de la saison pour soigner sa leucémie regoûte au plaisir de toucher le cuir, pour le plus grand bonheur des tifosi rossoblù.

https://twitter.com/BfcOfficialPage/status/1271736865046106112

1+
Share