[Liga] L’aube de grands chantiers pour le Real Madrid

Plusieurs mois après les départs successifs de Zinédine Zidane et Cristiano Ronaldo, une page s’est tournée du côté du Real Madrid. Pourtant encore en lice dans chacune des compétitions auxquelles ils participent, les Merengues vivent une saison mitigée. Le club vit une période délicate qu’il va falloir anticiper au mieux pour les dirigeants, si ces derniers souhaitent que le club continue à performer au plus haut niveau.

Une saison en dents de scie

Auteurs d’un bon match nul (1-1) sur la pelouse du FC Barcelone en demi-finale aller de Copa del Rey, les joueurs du Real Madrid sont en position favorable pour éliminer leurs rivaux et se hisser en finale. Un résultat peu surprenant sur le papier pour l’équipe triple tenante du titre de la Ligue des champions. Pourtant, au vu de la saison réalisé jusqu’ici par les joueurs de la « Maison Blanche », ce nul n’était pas si espéré que ça. Récapitulons. Cet été, après donc un troisième sacre en trois ans en Ligue des champions, le Real est sur le toit du monde. C’est le moment choisi par Zinédine Zidane, le coach de ces trois succès européens, pour annoncer son départ du club. Premier choc.

Pour le remplacer, Florentino Perez, l’iconique président madrilène, fait appel à un autre ancien de la maison en la personne de Julen Lopetegui. Alors sélectionneur d’une Espagne préparant le Mondial, l’arrivée de Lopetegui est prévu mi-juillet, après la compétition. Seulement, l’annonce de la nomination de ce dernier est faite alors que la Roja n’est pas encore entrée en lice. Ce qui n’est pas du goût de la fédération espagnole. Aussitôt dit, aussitôt fait, Lopetegui est mis à pied de son poste de sélectionneur. Un quiproquo aux allures d’affaire d’État pour une Espagne qui faisait partie des grands favoris pour la victoire finale. La saison était encore loin de démarrer que le Real a fait face à des difficultés dispensables.

https://twitter.com/OptaJean/status/1006843515324813313

Le deuxième choc majeur de cet été 2018 a lieu quelques semaines plus tard. Après donc avoir perdu son coach et véritable légende du club, les supporters madrilènes ont eu le cœur brisé une seconde fois en l’espace de quelques semaines. Le 10 juillet, pour la modique somme de 100 millions d’euros et quelques paquets de cacahouètes, Cristiano Ronaldo est transféré de Madrid à la Juventus de Turin. En 9 ans au club, le Portugais avait eu l’occasion disputer presque 300 matchs, de marquer plus de 310 buts, mais surtout de ramener à Madrid la fameuse Décima, le dixième titre en Ligue des champions de l’histoire du club. Ainsi que la Undécima. Et la Duodécima. Mais aussi la Tredécima. Il est sans aucun doute l’un des plus grands joueurs de l’histoire du club et son remplacement n’était donc pas une mince affaire.

Heureusement, Florentino Perez ne déçoit que rarement. Pour commencer, il laisse le numéro 7 de Ronaldo à la « nouvelle » recrue Mariano Diaz. Un numéro qui depuis 1994 n’avait connu que deux maillots. Celui de CR7 donc, et avant ça celui de Raul, autre immense légende madrilène. C’est dire si ses (rares) prestations sont décevantes en comparaison avec ses prédécesseurs. Ensuite, au moment de remplacer numériquement la perte de son joueur portugais, Perez choisit de dire non à la venue d’Eden Hazard, préférant laisser la place à Marco Asensio de se développer dans de bonnes conditions. Hazard, qui cet été a eu des envies d’ailleurs après la délicate saison collective de son club de Chelsea et surtout après ses excellentes prestations à la Coupe du monde.

Real Madrid Mariano Diaz présentation

Mariano Diaz et Florentino Perez.

Passé ces épisodes houleux, la saison a enfin pu démarrer. Pour débuter, les joueurs du Real Madrid, jusque-là sur le toit de l’Europe, chutent après prolongations contre l’Atletico Madrid lors de la Supercoupe d’Europe (4-2). En championnat, après un début de compétition maitrisé, les Merengues se sont effondrés à l’automne. Ils ont enchainé 5 matchs sans victoire en Liga, débutant par la gifle que leur a infligé le FC Séville au Ramon Sanchez-Pizjuan (3-0), et finissant par l’humiliation subie au Camp Nou d’un Barça orphelin de Messi (5-1). Un automne dont Julen Lopetegui n’est pas sorti indemne. Limogé après le Clasico fin octobre, il a depuis été remplacé par Santiago Solari. Dans un premier temps simple intérimaire, Solari a ensuite été confirmé dans ses fonctions jusqu’en 2021. Dans un exercice 2018/2019 un peu moins compétitif que les années précédentes, le Real reste troisième, à respectivement huit et deux points du Barça et de l’Atletico. Coté Europe, les madrilènes gardent la tête haute en finissant premiers de leur groupe avec 12 points, malgré deux revers face au CSKA Moscou.

L’été 2019 comme tournant ?

De cette saison jusque-là en demi-teinte sortent beaucoup d’interrogations, mais aussi quelques satisfactions. Karim Benzema par exemple est rentré définitivement dans le cœur du public de Santiago Bernabeu. Ces dernières semaines, les fans ont chanté ses louanges après de bonnes performances et déjà une quinzaine de buts, prouvant que le français est encore apte pour le très haut niveau. Luka Modric, lui, a remporté le Ballon d’Or, venant récompenser une saison de grande qualité où tout lui a réussi (ou presque). Malheureusement, le vide laissé par le départ de Cristiano Ronaldo a beaucoup de mal à être comblé. Gareth Bale, si bon footballeur qu’il est quand il se tient éloigner des blessures, n’a pas les épaules pour porter ce poids seul. Il n’est que peu aidé par Marco Asensio qui, malgré le boulevard que lui a laissé Florentino Perez pour s’imposer comme un titulaire en puissance, peine légèrement à franchir le palier nécessaire. Une bénédiction pour Vinicius Jr, le jeune brésilien acheté pour 40 millions d’euros il y a un peu plus d’un an. L’ailier d’à peine 18 ans est en train de saisir sa chance et laisse entrevoir de belles choses sur le terrain.

https://twitter.com/OptaJean/status/1060270541083422727

Si le bloc défensif, composé notamment de Ramos, Varane ou Marcelo, est inamovible, c’est dans les buts qu’existe un des débats. Le choix est indécis entre Keylor Navas titulaire depuis plusieurs saisons et Thibaut Courtois, acheté en grandes pompes cet été à Chelsea pour 35 millions d’euros. Le Belge n’a pas toujours excellé tandis que le Costaricien profite des occasions qu’il a de jouer pour montrer qu’il est encore vivant, comme contre le Barça cette semaine.

L’été 2019 semble de plus en plus ressembler à un moment stratégique qu’il faudra préparer avec grand soin pour les dirigeants. Il faudra attendre la fin de saison pour tirer des conclusions en fonction des triomphes, ou non, du Real. Mais l’on se doute bien que Florentino Perez ne soit jusque-là pas pleinement satisfait de son équipe. Tout d’abord pour le poste d’ailier gauche laissé vacant par CR7, plusieurs options viennent à lui. Eden Hazard, toujours étroitement mêlé à la « Casa Blanca », a déclaré cette semaine qu’il avait fait son choix quant à son avenir. Pourrait-il venir endosser le costume de leader offensif du Real ? Dans l’hypothèse où il décide de rester à Chelsea, vaut-il mieux faire le all-in sur un autre joueur de ce calibre, ou maintenir sa confiance aux joueurs en place, et pourquoi pas à Vinicius, s’il continue sa progression ?

La fin de saison va être cruciale pour les décisions qui seront prises cet été, mais également pour observer si le noyau dur de l’effectif est en fin de cycle ou non. Tous âgés d’entre 29 et 33 ans, Benzema, Ramos, Marcelo, Modric ou encore Bale, ont absolument tout gagné avec le Real. Seront-ils capables d’avoir l’envie nécessaire pour s’imposer au plus haut niveau à nouveau ? Est-il pour autant judicieux d’investir massivement pour commencer une certaine rotation dans l’effectif ?

Avec une demi-finale retour de Copa del Rey à la maison contre le Barça et un huitième de finale de Ligue des champions contre l’Ajax en prévision, les Madrilènes peuvent inverser la tendance et ont face à eux des « confrontations-test ». Leurs issues ainsi que la potentielle suite des compétitions dicteront à coup sûr la conduite à adopter cet été pour le duo Perez/Solari. Le duo va devoir prendre les bonnes décisions pour garder le Real Madrid sur de bons rails.

Crédit photo : Filippo MONTEFORTE / AFP

J'arrive toujours soigné comme une passe de Toni Kroos.