[Belgique] Didier Lamkel Zé, le phénomène de la Jupiler Pro League

Le championnat belge regorge de talents et de personnalités en tout genre. Mais lorsque l’un des joueurs les plus talentueux est aussi l’un des plus caractériels, le résultat vaut le détour. C’est le cas de Didier Lamkel Zé, l’attaquant de l’Antwerp qui enchaine les grosses prestations comme les polémiques en Jupiler Pro League.

Un apport sportif incontestable

Originaire du Cameroun, Didier Lamkel Zé est un ailier de 24 ans qui évolue sous les couleurs de l’Antwerp. Si sa saison 2018-2019 avait montré du potentiel, c’est lors de la saison dernière qu’il l’a totalement révélé. Coaché par László Bölöni, le mariage était parfait. Le coach roumain, qui prônait un football dur et physique, appréciait la folie du Camerounais. Si l’histoire d’amour entre Lamkel Zé et l’Antwerp paraissait superbement commencer, le départ de Bölöni, en mai 2020, va venir tout bouleverser.

L’Antwerp a donc commencé cette saison avec Ivan Leko sur son banc, un entraineur avec une philosophie diamétralement opposée. Fini l’agressivité, les contacts rugueux et les excès de folie et place à au beau jeu et à la discipline. Si l’équipe a su parfaitement s’adapter à ce changement, ça n’a pas été le cas de Lamkel Zé. Dès l’arrivée du coach croate, les deux hommes ne se sont pas entendus. Si les relations étaient tendues, le point de rupture a été atteint début octobre lorsque Leko a décidé de reléguer l’attaquant dans le noyau B.

À LIRE AUSSI – Dejan Lovren, témoignages d’une vie tumultueuse loin des terrains

S’en est suivi un bras de fer par médias interposés où les deux hommes ont multiplié les déclarations à l’égard de l’autre. Pour Leko, Lamkel Zé ne s’entraine pas correctement et a commis de nombreuses erreurs en interne alors que pour le Camerounais, son entraineur avait des préjugés sur lui et n’a jamais voulu lui laisser sa chance.

Cependant, après un mercato hivernal tendu, notamment à cause d’envie de départ de Lamkel Zé, Ivan Leko déserte le club pour des horizons lointains et est remplacé par Franky Vercauteren. Le nouveau coach retourne à un football plus proche de celui pratiqué par Bölöni et réintègre Lamkel Zé. Il le replace également avant-centre ce qui réussit particulièrement bien à l’attaquant qui comptabilise cinq buts et une passe décisive en huit matches toutes compétitions confondues.

https://twitter.com/ElevenSportsBEf/status/1361087826591375363?s=20

Sportivement, se passer de Lamkel Zé était un peu comme se tirer une balle dans le pied dans ses qualités sont indéniables. Tout d’abord, sa rapidité se marie parfaitement avec le jeu de Bölöni et Vercauteren qui se base sur une solidité défensive et des contre-attaques éclairs. Mais le jeune attaquant est bien plus qu’un sprinteur puisqu’il manie aussi très bien le ballon que ce soit dans le dribble ou dans la passe. Enfin, une des raisons pour laquelle il excelle en numéro 9 est sa finition et sa qualité de frappe.

S’il a tout d’un top joueur pour le championnat, son caractère lui ferme autant de portes qu’il ne fascine les fans de Jupiler Pro League.

https://twitter.com/ElevenSportsBEn/status/1358551113302212608?s=20

Lamkel Zé, provocateur et impulsif

S’il y a bien quelque chose qui caractérise Didier Lamkel Zé, c’est les polémiques qui lui sont associées. S’il est allé fort cette saison, la précédente avait déjà bien annoncé la couleur.

Après avoir brossé la reprise de la saison 2019-2020, Lamkel Zé et l’Antwerp affrontent l’AZ Alkmaar en barrage européen. Suite à un partage 1-1 obtenu à l’aller, les Anversois accueillaient les Néerlandais au retour. Après avoir été réduits à dix dès la 35e minute, les Anversois parviennent à prendre l’avantage à l’aube du dernier quart d’heure de jeu via Lamkel Zé. Ce dernier se précipite vers les supporters pour célébrer, il reçoit suite à cela un carton jaune. Seulement voilà, l’attaquant était déjà jauni et reçoit donc un carton rouge. Sa réaction suite à cela a d’autant plus été surprenante : il a retiré son maillot et l’a fièrement brandi en direction des tribunes pour montrer qui était le patron. Seulement l’Antwerp désormais réduit à 9 ne fera plus le poids et s’inclinera 1-4 en prolongation.

À LIRE AUSSI – [Jupiler Pro League] Les 11 pépites à suivre

Ensuite, le Camerounais continuera de faire parler de lui en provoquant des bagarres en match, à l’entrainement avec ses coéquipiers et même lors du stage hivernal où il a frappé un adversaire dans les premières minutes d’un match amical où les Anversois affrontaient des joueurs sans club.

On pourrait penser qu’il allait tenter de commencer cette saison avec de bonnes résolutions mais il n’en a rien été. Après de multiples altercations avec Ivan Leko, il a été envoyé dans le noyau B mais sa réaction n’a montré aucune forme de remise en question. L’attaquant s’est même mis à moquer son entraineur en publiant une photo de sa nouvelle carrière d’entraineur sur fifa où il reprenait les rennes de l’Antwerp en appelant son coach… László Bölöni.

https://twitter.com/ElevenSportsBEf/status/1317034868988051456?s=20

Lors du mercato hivernal, il a tenté de forcer son départ de toutes les manières possibles, n’hésitant pas à blesser et provoquer ses propres supporters. Ayant reçu un intérêt du Panathinaïkos, le joueur voulait s’en aller mais la direction ne l’entendait pas de cette oreille. Il a donc tout d’abord décidé d’assister en tribune à la rencontre du Beerschot, autre club anversois et rival historique de l’Antwerp. La direction n’étant toujours pas décidée à le laisser partir, il est ensuite arrivé un jour à l’entrainement avec le maillot d’Anderlecht, un concurrent direct de l’Antwerp dans la course aux Play-Off 1. Il a ensuite menacé sur ses réseaux sociaux de venir le lendemain avec un maillot du Beerschot clamant que personne ne jouerait avec sa carrière. En plus de cela, il avait aussi tagué certains murs dans l’enceinte du club avec des inscriptions telles que «ici c’est Zé 7».

https://twitter.com/DerniersDefs/status/1346859607260602373?s=20

Et maintenant ?

À l’heure actuelle, le changement d’entraineur a convaincu le Camerounais de rester au club. Il s’est également excusé publiquement auprès de tous les supporters qu’il aurait pu blesser par ses actions. Cependant, ces derniers ne semblent toujours pas lui avoir tout pardonné et nul doute que s’ils étaient présents dans le stade, ils ne lui réserveraient pas un accueil des plus chaleureux.

Seulement, si on se concentre sur l’aspect sportif, son retour a été plus que bénéfique puisque l’Antwerp a pratiquement sécurisé son ticket pour les Play-Off 1 et c’est en grande partie grâce à lui.

Si son avenir est incertain, Didier Lamkel Zé continue de passionner la Belgique par son talent et ses diverses frasques. S’il est pour le moins atypique, ce genre de personnage captive et est aussi une des raisons pour laquelle le ballon rond est si populaire.

https://twitter.com/ElevenSportsBEf/status/1360950045093281793?s=20

Crédits photos : Belga / Icon Sports.

0

Jeune Belge de 21 ans étudiant le journalisme à l'IHECS (Bruxelles).