2

On le sait, l’Allemagne regorge de jeunes joueurs talentueux, notamment au milieu. C’est un secteur de jeu où l’on excelle de l’autre côté du Rhin. De nombreux joueurs peuvent prétendre à prendre la relève du milieu actuel qui compose le Nationalelf, qui compte pourtant déjà des génies du ballon rond.

Parmi ces joueurs, comment ne pas mentionner Leon Goretzka ? Le joueur de Schalke 04 n’en finit plus de briller avec son club, mais il reste malgré tout assez méconnu pour des raisons inexpliquées. Toutefois au vu du chemin qu’il prend, ça devrait finir par changer si l’avenir brillant qu’on lui prédit se concrétise.

L’homme de la Ruhr, attaché à ses racines

Leon Goretzka est originaire de Bochum, ville minière typique de la Ruhr et encastrée entre Gelsenkirchen et Dortmund. En outre, c’est un espace géographique où le football est roi. C’est le sport majeur et de nombreux enfants sont destinés à fouler le carré vert. Pour certains c’est un succès, pour d’autres ça l’est moins. Leon Goretzka, lui, se trouve dans la première catégorie. Le jeune joueur débute au WSV 06 Bochum, petit club de la ville évoluant en Kreisliga, plus bas échelon du football allemand. Les premiers pas sont prometteurs l’amènent à se diriger vers le VfL Bochum, club majeur de la ville qui navigue entre la Bundesliga et la 2. Bundesliga.

C’est au sein de ce club que le jeune homme effectue sa formation, c’est le club qui le fait grandir petit à petit. Cette progression linéaire l’amène à intégrer la sélection allemande en 2010 et il rejoint les U16. Dès l’ores, il ne quitte plus la sélection allemande et il s’affirme petit à petit. C’est à partir de cette période que le nom de Leon Goretzka commence véritablement à apparaître dans le paysage du football allemand. Il gravit les échelons en sélection, mais aussi dans son club.

Source : Bundesliga.de

En août 2012, il intègre l’équipe première à seulement 17 ans. La même année il remporte la médaille Fritz Walter du meilleur joueur allemand de moins de 17 ans. A cet instant, de grands espoirs sont placés en lui, et il ne va pas flancher, preuve de son mental solide. Lors de sa première saison professionnelle avec le VfL Bochum qui évolue alors en 2. Bundesliga, il joue 32 matchs, et il crève déjà l’écran en dépit de son jeune âge. Dans une équipe qui est relativement moyenne en championnat mais qui se hisse jusqu’en quarts de finale de la coupe d’Allemagne avant de perdre face au VfB Stuttgart, il s’impose et étale son aisance technique aux yeux de tous. Il n’en faut pas plus pour que Schalke 04 enrôle le jeune espoir en lui offrant un contrat de 5 ans en juin 2013. Ce qui permet au joueur de gravir une nouvelle marche dans sa carrière qui n’offre que de belles promesses finalement.

Ce transfert convient parfaitement au jeune joueur, puisqu’en bon Allemand qui se respecte, partir loin de chez lui ne l’attire pas particulièrement.  Alors jouer pour le club de la ville qui se trouve juste à côté de la sienne c’est l’idéal pour grandir, pour progresser, pour s’affirmer encore un peu plus et pour s’imposer au sein de l’un des clubs les plus populaires du pays. Après 12 belles années à Bochum, l’opportunité de jouer pour les Königsblauen ne se refuse pas. Leon Goretzka ne va pas se faire prier, et il va rapidement séduire la horde de fans de son nouveau club.

Polyvalence rime avec intelligence

Si depuis ses débuts à Bochum le jeune joueur qui va sur ses 22 ans (le 6 février prochain) impressionne tout le monde ce n’est pas sans raison. En effet, le numéro 8 de Königsblauen s’est rapidement imposé dans sa nouvelle équipe, jusqu’à finir par devenir indiscutable. C’est bien simple, actuellement sous les ordres de Markus Weinzierl, Goretzka est indéboulonnable. Sans lui, l’équipe se trouve être radicalement différente. Et les raisons qui font qu’il est indispensable à son équipe sont nombreuses.

Si Leon Goretzka est effectivement considéré comme l’un des futurs grands au milieu de terrain ce n’est pas pour rien. Le droitier est doté d’une intelligence peu commune et il voit souvent ce que les autres ne voient pas sur le terrain. De ce fait, dans la construction, il se révèle être extrêmement précieux puisqu’il est souvent à l’origine des offensives de son équipe. Sa vivacité et ses qualités de projection aident également dans ce domaine-là. D’ailleurs, quand il s’agit de lancer son cher ami Max Meyer, tout fonctionne souvent parfaitement. Mais ce n’est pas tout, car s’il est souvent au début de l’action, il est aussi souvent à la fin puisque sa finition est loin d’être mauvaise, notamment quand il faut prendre des tirs de loin. Avec une certaine spontanéité et du relâchement, ça fonctionne souvent.

Max et Leon c’est un peu comme Tic et Tac. Jamais l’un sans l’autre. (Source : schalke04.de)

En outre, si offensivement il est indispensable, son travail défensif est également précieux. Sans lui, tout est plus fragile. Récupérer des ballons, tacler, harceler ses adversaires, relancer, rien ne lui pose de problème. Il est tout aussi à l’aise aux avant-postes qu’à l’arrière où le travail est plus ingrat mais grandement important malgré tout. Son activité incessante saute toujours aux yeux, et ses coéquipiers comme ses adversaires ne diront pas le contraire.

Au-delà de son rôle de plaque tournante au sein de son équipe, son aisance technique est criante. Sa capacité à éliminer son vis-à-vis avec grâce ne passe jamais inaperçue. Tout comme ses petits gestes, délicats, artistiques qui font vibrer tous les amoureux du football. Mais oui, qui ne bondit pas devant une talonnade ? On peut aussi rajouter les passes parfaitement ajustées, les contrôles soyeux et j’en passe. Un milieu de grande classe par définition.

La technique et son rôle de numéro 8 souvent exécuté à la perfection ne sont pas ses seules qualités. Si une chose représente bien Leon Goretzka, c’est son caractère et sa hargne. Sur le terrain, il ne lâche rien, ce n’est jamais le dernier pour demander au public de la Veltins Arena de crier encore un peu plus fort. Sa détermination, tout comme son leadership donnent souvent de la force à son équipe qui parvient à persévérer quand ça ne va pas . Et son abnégation porte souvent ses fruits.

Quid de l’avenir du jeune prodige ?

Au vu de ses qualités et de ses nombreuses prestations de haute voltige  on pourrait être amené à se dire qu’il ne va pas tarder à quitter le club qu’il aime tant. Pourtant c’est loin d’être certain quand on connait son attachement au club ainsi qu’à sa région. Il est effectivement difficile de l’imaginer loin de Schalke, de la Ruhr, et aussi de son meilleur pote.

Source : dfb.de

Qui plus est, il est très certainement tenté par l’idée de prendre la relève de Benedikt Höwedes, capitaine et homme clé de Schalke 04. Vous l’aurez compris, s’il peut reprendre le brassard de capitaine, et mener son équipe au sommet jusqu’à la fin, il ne s’en privera pas. Toutefois, rien n’est certain, surtout aujourd’hui dans le football moderne, mais qui sait.

Du côté de la sélection nationale, Joachim Löw n’a de cesse de louer les qualités du jeune milieu qui a longtemps été capitaine chez les U21. Bien qu’il soit perpétuellement complimenté, sa première s’est longtemps fait attendre mais cela a fini par arriver en novembre dernier. Et quelque chose nous dit que cette sélection est la première d’une longue liste, surtout lorsque l’on voit la saison qu’il réalise, sa progression constante et son importance au sein d’une équipe perpétuellement sous pression.

Finalement, Leon Goretzka est un vrai joyau, il représente très certainement l’avenir de la Mannschaft. Un seul doute plane aujourd’hui, outre son avenir, son physique pourrait lui poser problème, mais qui sait. Cela peut changer. En attendant, installons-nous et apprécions les mouvements du chef d’orchestre.

Crédit photo : dfb.de