La reprise de la Bundesliga approche à grands pas et cette nouvelle édition devrait encore une fois nous offrir un bon nombre de surprises. Si le nom du champion est plus ou moins connu – le Bayern Munich est chancelant mais résistant-, le reste n’est que doutes et incertitudes. Le championnat allemand a rarement été aussi indécis, et connaitre le classement tel qu’il le sera en Mai prochain est impossible. Bien-sûr cela n’est jamais faisable, mais nous avons toujours les moyens de faire quelques hypothèses. Pas cette fois.

La saison dernière nous nous sommes quittés sur la chute des précédents dauphins des bavarois et du Borussia Dortmund. Le Bayer Leverkusen et autres Schalke 04 se sont vu remplacer par le RB Leipzig et le TSG Hoffenheim qui n’ont certainement pas volé leurs places. En bas du classement, le HSV a encore failli céder mais à une nouvelle prouver qu’il était difficile de le faire couler. De son côté, Wolfsburg a bien failli sombrer, leur succès face à Braunschweig, en barrages, leur ayant permis de sauver leur peau in-extremis. Pendant ce temps, le SC Freiburg a créé la surprise en finissant parmi les 10 premiers au coude-à-coude avec le FC Köln, et le Hertha Berlin. En résumé, ça a été une saison relativement surprenante, qui n’était qu’un avant-goût de ce qui nous attend aujourd’hui.

 

Du mouvement au sommet

 Peu de choses à dire concernant le Rekordmeister, en effet si ce dernier traverse une présaison compliquée avec une accumulation de mauvais résultats, difficile de ne pas les voir triompher comme évoquer plus haut. Encore une fois, ils ont conservé leurs meilleurs éléments – excepté le grand Philipp Lahm et Xabi Alonso- et ils se sont en plus renforcés grâce notamment aux arrivées de James, Niklas Süle et Sébastian Rudy. Toutefois, un homme reste sans véritable remplaçant et il s’agit ni plus ni moins que de Robert Lewandowski. Alors certes le géant polonais ne se blesse que très rarement mais cela ne veut pas dire qu’il ne faut le laisser seul. Thomas Müller peut jouer dans cette position mais au vu de son état de forme, ceci est risqué. Et au train où vont les choses, difficile de voir le Bayern acquérir un nouveau joueur d’ici la fin du mercato.

Carlo Ancelotti va assurer en terres allemandes, sans doute, en revanche ailleurs la situation risque de ne pas être la même. La saison passée la mise en route a été longue et pénible, les bavarois ont trainé leur spleen pendant un long moment avant de se réveiller sans jamais vraiment passer la vitesse supérieure. Le schéma a de fortes chances de se reproduire en l’état où sont les choses aujourd’hui. Au sein de l’équipe comme au sein du club en général, la discipline ne semble plus régner parfaitement et cela se ressent. A voir où cela va les mener.

 

Peter Bosz lors de la Supercoupe d’Allemagne. (Credit photo: EPA)

 

 

De l’autre côté du pays, le Borussia Dortmund est lui aussi loin de respirer la sérénité puisque son été est loin d’être de tout repos. Si tôt après avoir gagné un premier trophée depuis 2012, le club a dit au revoir à Thomas Tuchel qu’il a fallu remplacer. C’est Peter Bosz qui a hérité de sa place. Et heureusement pour lui il ne peut plus perdre de cheveux car si c’était le cas… Entre les rumeurs concernant Pierre-Emerick Aubameyang, puis Ousmane Dembélé qui a même eu la brillante idée de faire la grève pour accélérer son transfert au FC Barcelone … Ajouter les blessures de cadres (Marco Reus, Julian Weigl, Raphael Guerreiro etc.), il faut avoir le cœur bien accroché.

Avec tout cela, le club de la Ruhr se prépare doucement pour cette saison d’avant coupe du monde et comme les munichois, les matchs amicaux n’auront pas été réjouissants, bien que l’un des nouveaux venus, Dan Axel Zagadou ait impressionné tout le monde. Toutefois il faut laisser le temps au nouvel entraîneur de tout mettre en place, de faire passer son message ainsi que d’intégrer les recrus estivales – Maximilian Philipp, Mahmoud Dahoud, Ömar Toprak en plus du jeune français. Rome ne s’est pas construit en un jour. En dépit de cela, compliqué d’imaginer que le BvB fera une grande saison, cela ressemblera plus à une transition qu’autre chose. Une saison surement similaire à celle de l’année dernière sur le plan sportif.

Du côté de Leipzig, il y a eu de l’eau sous les ponts à cause de Naby Keita qui voulait absolument aller à Liverpool, mais c’était sans compter sur la direction qui n’a pas cédé. Et finalement lui comme Emil Forsberg évolueront toujours sous les couleurs du RBL cette saison. Et en dehors du fait que les meilleurs joueurs soient restés, d’autres sont arrivés comme Bruma (Galatasaray), Jean-Kevin Augustin (PSG) ou Konrad Laimer (Red Bull Salzburg). Conformément à tout ce qui a été fait précédemment, les recrues sont très jeunes – pas plus de 23 ans. Le travail est donc toujours fait proprement de ce côté-la.

Cette saison ne sera pas aussi calme que la précédente pour le club de l’Allemagne de l’est, en effet il faudra gérer la Ligue des champions ce qui sera loin d’être simple. Sur le plan physique, eux qui flanchent toujours en deuxième partie de saison risquent de subir encore davantage, sauf si une solution a été trouve durant l’été. Tout le monde aura les yeux posés sur la formation de Ralph Hasenhüttl qui se doit de confirmer ce qu’elle a montre la saison dernière, ce qui ne sera pas du gâteau avec le programme chargé qui les attend.

 

Leipzig versus Hoffenheim (Photo by Boris Streubel/Bongarts/Getty Images)

 

Le programme du TSG Hoffenheim sera du même acabit, car quoiqu’il arrive, ils joueront une compétition européenne. Le verdict tombera après une double confrontation contre le Liverpool de Jürgen Klopp qui s’annonce prometteur. Mais les hommes de Nagelsmann devront se lancer avec une équipe remaniée notamment en défense et au milieu avec le départ de Süle et Rudy en Bavière comme évoqué plus haut. De ce fait il est presque inévitable qu’Hoffenheim connaisse quelques difficultés cette saison étant donne qu’il n’est pas aise de trouver des joueurs du même niveau que ceux qui sont partis. Ils ne seront certainement pas au fond du classement, sauf catastrophe, mais difficile de les voir jouer les toutt premiers rôles sachant qu’eux non plus n’ont jamais eu à jouer deux compétitions avec un niveau d’exigence élevé au même moment. La gestion de cela par le jeune coach sera donc à suivre.

Depuis l’ouverture du marché des transferts, la cellule de recrutement n’a certainement pas du chômer afin de combler les trous au sein de la défense notamment. Pour ce faire, ils ont décidé de miser sur la jeunesse comme le RBL. Justin Hoogma (19 ans, Heracles Almelo) a été acheté pour un peu plus de 1 million d’euro, tandis que Kevin Akgpoguma (22 ans) est revenu de prêt et que Stefan Posch (20 ans), joueur de la réserve a rejoint l’équipe première. Ces trois centraux viendront donc épauler ceux déjà présents donc Kevin Vogt qui a été brillant l’an dernier auprès de Süle. Nico Schulz est quant à lui venu renforcer le côté gauche de la défense. D’autres achats notables ont été effectué par l’intermédiaire de Havard Nordtveit et Florian Grillitsch afin de renforcer le milieu de terrain. Puis Serge Gnabry, acheté par le Bayern Munich, a dans la foulée été prêté à Hoffenheim.

 

Le réveil des habituelles équipes jouant les premiers rôles est attendu

Le Bayer Leverkusen aura été l’une des grandes déceptions de la saison passée. Ils se doivent donc de se remettre sur le droit chemin. Pour ce faire, la direction a pris le risque d’engager un entraîneur relativement méconnu puisqu’il s’agit d’Heiko Herrlich, précédemment a la tète du SSV Jahn Regensburg avec qui il a été promu en 2. Bundesliga à la fin de la saison dernière. Toutefois ce n’est pas la première fois qu’il sera au Werkself étant donné qu’il y a joué entre 1989 et 1993. Avec ce choix-là, le club prend un risque certain car ce sera la première grande équipe entraîné par le quarantenaire. Qui ne tente rien n’a rien. Puis l’objectif est sans aucun doute de faire mieux qu’une pauvre 12e place.

Pour ce faire, Leverkusen va pouvoir compter sur une équipe relativement inchangée par rapport à l’an dernier puisque malgré le départ d’Hakan Calhanoglu pour le Milan AC, celui-ci n’avait que peu jouer suite à sa suspension (et avant cela ses performances étaient tristes). Chicharito a lui aussi fait ses valises après une seconde saison où la réussite n’aura pas été de son côté. Enfin le défenseur turc, Toprak a lui aussi quitté le navire pour rejoindre Dortmund. Pour ce qui est des achats, Sven Bender a lui fait le chemin inverse afin de rejoindre son frère jumeau. Les paris pour savoir lequel des deux sera le plus blessé sont d’ailleurs ouverts. Le prometteur milieu central pouvant aussi joué en tant que milieu défensif, Dominik Kohr, a lui aussi rejoint le Werkself après y avoir été prêté. Avec ceux-ci et ces jeunes talents – Kai Havertz, Benjamin Henrichs … ils sont relativement bien armés pour revenir en haut du classement. A eux de le prouver sur le terrain.

Schalke 04 est dans une situation très proche de celle du Bayer Leverkusen. Une saison décevante, une pauvre éclaircie en Europa League malgré s’est fait éliminer de justesse par l’Ajax Amsterdam et c’est à peu près tout. Suite a cela, un changement de coach a encore été décidé et cette fois c’est le prometteur Domenico Tedesco qui a été choisi. Le coach italien a fait ses premiers pas à Aue en 2. Bundesliga. Arrivé en Mars dernier, il a réussi à sauver en un temps record cette équipe qui étant pourtant dans une situation extrêmement délicate. Avant cela il a été major de sa promotion lorsqu’il a passé ses diplômes afin de devenir entraîneur. Juste devant un certain Julian Nagelsmann. Avec cela, on se dit que c’est prometteur. Toutefois ceci reste une vraie prise de risque là aussi. Ce dernier a d’ailleurs déjà pris une décision marquante en retirant le brassard de capitaine à l’emblématique Benedikt Höwedes afin de le donner à Ralf Fährmann.

Afin de réussir, les Königsblauen ont fait quelques investissements par l’intermédiaire d’Amine Harit notamment ainsi que Bastian Oczipka, valeur sûre à Frankfurt, qui vient remplacer Sead Kolasinac au poste d’arrière gauche. Ce sont les deux arrivées les plus importantes et ces deux joueurs pourraient s’avérer être précieux afin de renouer avec le haut du classement et retrouver de la stabilité. Car c’est bien de cela qui fait défaut à ce club depuis plusieurs années maintenant. Plus qu’à espérer qu’ils n’aient pas besoin de chercher un énième coach l’été prochain et que l’italien pourra les ramener au sommet, chose qui est largement faisable.

 

Domenico Tedesco (Source: Ronny Hartmann/Bongarts)

 

Le Borussia Mönchengladbach fait aussi parti de ces équipes qui doivent réagir après une saison délicate. Depuis le départ de Lucien Favre, qui avait apporté une certaine stabilité ainsi que de la qualité, le club de Rhénanie est à la peine. Le changement de coach au cours de la saison dernière le prouve, André Schubert avait été remplacé en catastrophe mi-décembre par Dieter Hecking. Avec ce dernier, le club s’est redressé mais sans jamais être flamboyant. Toutefois avec une présaison, l’ancien coach de Wolfsburg a sans doute eu le temps de mettre en place ce qu’il a en tête afin de redonner de la couleur à cette équipe.

Déjà avant l’ouverture du marché des transferts, un des talents de l’équipe a filé. Mahmoud Dahoud a permis à Gladbach de récupérer – seulement – 12 millions d’euro. Somme assez dérisoire compte tenu de son talent. André Hahn a également fait ses valises tout comme Julian Korb. Ces ventes ont permis d’investir sur Matz Ginter ainsi que Vincenzo Grifo, ailier gauche, qui sort de deux belles saisons avec le SC Freiburg. Le suisse Denis Zakaria (Young boys Berne) évoluant en tant que milieu défensif ainsi que le très prometteur Florian Neuhaus (1860 TSV Munich) ont débarqué chez les Fohlen. Tout a permis la conservation d’une équipe relativement compétitive ayant également la capacité de revenir au top avec du travail.

Pour finir Wolfsburg peut venir s’ajouter à ces trois équipes, toutefois leur situation est plus complexe. La saison dernière ils sont passés tout près de la catastrophe en évitant la relégation en battant Braunschweig sans être brillant. Changer de coach trois fois dans la saison à contribuer à ce résultat, sans parler de la situation autour de leur actionnaire majoritaire, Volkswagen, toujours empêtré dans les problèmes liés au « Diesel-gate ». En bref, c’est une saison à ne pas reproduire, dont il faut se servir pour repartir du bon pied, pour ne pas commettre les mêmes erreurs. Andries Jonker, comme Hecking aura eu plus de temps pour installer ses idées ce qui peut leur permettre de rebondir mais ceci est loin d’être certain. Cette saison risque une nouvelle fois d’être laborieuse sauf miracle.

Leur équipe n’est pas spécialement transcendante mais est tout de même de qualité. Et avoir Mario Gomez en attaque mais aussi en tant que capitaine pourrait les pousser vers le haut malgré la perte de Ricardo Rodriguez et Luiz Gustavo qui étaient tous deux membres de leur équipe type jusque là. Côté investissement, le club a essayé de faire un travail intelligent, John Brooks a été acheté au Hertha Berlin pour renforcer la defense, Marvin Stefaniak a quitte Dresden pour venir animer l’aile droite, Ignacio Camacho a été acheté pour environ 15 millions à Malaga pour renforcer le milieu. Le club s’est aussi attaché les services de Paul Verhaegh, arrière droit et capitaine de Augsbourg. Rien de ronflant donc mais ceci peut apporter une certaine plus value au groupe. À voir si cela va se confirmer dans les mois a venir. Toutefois il reste très difficile de voir Wolfsburg renouer avec les toutes premières places du classement.

Créer la surprise et continuer à surprendre

Quelques équipes ont pris l’habitude de bien travailler, à tous les niveaux, ceci ayant permis de les ramener à la lumière en dépit du fait qu’ils soient aujourd’hui moins imposants que les géants du championnat. Leurs parcours sont loin d’être parfaits, mais ils sont respectables si l’on prend en compte les moyens déployés. C’est notamment le cas du FC Köln, de l’Eintracht Frankfurt ou encore du Hertha Berlin. Dans les trois cas, suite à une relégation, un déclic s’est produit et avec du temps ainsi que du travail, ces clubs historiques ont retrouvé une part de leur superbe.

 

Köln (Source: Reuters)

 

Köln, porté par un Anthony Modeste en feu a d’ailleurs réussi à arracher l’Europa League, récompense méritée pour ce club haut en couleur. Malheureusement le départ du français risque de faire mal mais ils ont les capacités pour s’en sortir, au moins en championnat. Enfin sauf si Jhon Cordoba parvient à le faire oublier ce qui n’est pas impossible au vu de ce qu’il a montré à Mainz.

Concernant Frankfurt, nouveau club de Sébastian Haller, la deuxième partie de saison est toujours délicate pour eux, mais s’ils parviennent à vaincre leurs démons… Sur le papier, l’effectif reste très intéressant, ils ont les capacités pour accompagner leurs rivaux, il faut juste trouver la formule pour rester en forme du début à la fin. Bien que la saison dernière se soit terminée sur une finale de coupe d’Allemagne, ceci n’est pas suffisant.

Du côté de Berlin, les hommes de Pal Dardai sont difficiles à jouer, notamment à domicile. Sans pratiquer un football très artistique, ce qui est fait se révèle être redoutable. Preuve en est cette sixième place, juste derrière Köln. Grace notamment à leurs latéraux qui ne sont pas loin d’être parmi les meilleurs dans le pays l’an dernier – Weiser & Plattenhardt – la vieille dame a retrouvé le sourire et ceci ne semble pas prêt de s’arrêter.

Dans cette catégorie, on peut aussi intégrer Freiburg et Stuttgart, qui ont aussi une chance de briller. L’an dernier l’équipe de la Forêt noire, tout juste promue, a réalisé une saison hors norme en parvenant a se qualifier pour le 3e tour de l’Europa League. Et malgré une élimination contre Dzomale qui fait un peu tâche il y a quelques jours, le travail accompli n’en reste pas moins remarquable car tout le monde les voyait lutter pour leur survie encore une fois. Cette saison, ce sera peut-être différent du fait de la perte de deux joueurs clés – Grifo et Philipp, mais connaissant le club, difficile de ne pas croire à un nouvel exploit. En tout cas ce club prouve que même avec des petits moyens, rien n’est impossible.

 

Stuttgart, champion de 2. Bundesliga et promu. (Source: bundesliga.com)

 

Les souabes peuvent réaliser ce que le SCF a fait l’an passé, grâce a un mercato intelligent : Holger Badstuber, Ron-Robert Zieler, Orel Mangala etc. on peut se dire qu’ils ont les capacités de jouer les trouble-fêtes. Amené par un jeune coach, Hannes Wolf, précédemment entraineur des U19 à Dortmund, il faudra se méfier d’eux et ne pas les sous-estimer.

 

Candidats à la relégation

Enfin il est temps d’évoquer ceux qui devront surement lutter pour survivre : Augsburg, Bremen, Mainz, Hannover et Hamburg semblent les plus candidats les plus probables. Les trois premiers ont perdu des éléments clés durant l’été, étant déjà fragiles ceci n’a rien arrangé. Le FCA a perdu son capitaine, Bremen a perdu Serge Gnabry et Claudio Pizarro donc il n’est pas aisé de les voir faire une nouvelle remontée fantastique comme l’an dernier. Enfin Mainz a perdu son avant-centre comme évoqué plus haut ainsi que Martin Schmidt qui a été remplacé par le coach des U23 : Sandro Schwarz.

Hannover, promu avec Stuttgart n’a pas aussi bien travaillé durant l’été, leur seul objectif sera donc probablement celui de ne pas redescendre une nouvelle fois. En tout cas, leur prévenir un bel avenir n’est pas simple étant donné qu’à contrario d’autres clubs, ils n’ont toujours pas eu ce fameux déclic visiblement.

Pour finir, le HSV non plus n’est pas bien. Le club du nord a d’ailleurs commencé sa saison avec une défaite face à Osnabrück en coupe d’Allemagne. Après avoir échappé au pire encore une fois l’an dernier, le Dino semble repartir sur les mêmes bases.

 

Désillusion face à Osnabrück. (Source: DPA)

 

Aucun changement n’est pour le moment visible et si aucun réveil ne se fait, ça risque de mal finir comme cela a été le cas du TSV Munich 1860 dont la gestion a été similaire, calamiteuse, les entrainant vers la 5e division. L’horloge tourne encore mais pour combien de temps ? Personne ne le sait vraiment, mais ceci ne dura pas si l’autodestruction se poursuit.

Ainsi, cette nouvelle édition de la Bundesliga est plus indécise que jamais… Ne reste donc qu’à suivre ceci dès ce vendredi pour en connaître le dénouement en Mai prochain. Viel Spass !

Credit photo: Bundesliga.com

Parle d'Allemagne et de Bundesliga, et c'est à peu près tout.