Quadruplé, espoirs français et sprint massif : Le récap’ de la Ligue des Champions #2

Après une 1ère journée étincelante, nous avons retrouvé les joutes européennes. Au menu, un quadruplé inattendu, un Suarez au top, une remontada évitée et des espoirs français à la fête… ou pas.

Groupe A : Madrid ne répond plus

Le Real Madrid était face à l’obligation du résultat après sa défaite 3-0 au Parc des Princes. Opposé au Club Bruges, le leader de la Liga a arraché un point grâce à deux coups de tête salutaires de Ramos et Casemiro. Avant ça, Dennis avait mystifié deux fois Courtois, usant d’un déséquilibre presque innovant. Suffisant pour accélérer les problèmes gastriques du Belge, remplacé par Areola à la mi-temps.

Dans l’enfer de la Türk Telekom Arena, le PSG n’a pas manqué l’occasion de bonifier le mauvais résultat des madrilènes. Une victoire qui porte le sceau du premier but de Mauro Icardi, joliment servi par Sarabia. Avec six points, Paris se dirige sereinement vers une troisième première place en trois ans.

Groupe B : Le beau Serge

Un massacre. Finaliste l’an passé, le Tottenham de Pochettino a concédé la plus large défaite à domicile de son histoire face aux Bavarois. La maestria de Kimmich et l’efficacité de Lewandowski ont secondé la nuit magique de Serge Gnabry, désormais dans la légende de la compétition avec ce fabuleux quadruplé. Pourtant, ses coéquipiers ne semblent pas vouloir lui rendre la pareille.

Du côté de Belgrade, l’Olympiakos a rapidement mené au score. C’était avant l’expulsion de Yassine Benzia par Benoît Bastien car oui, notre Ligue 1 est partout. Une défaite tardive pour les Grecs, et sans doute la dernière fois que Podence et Valbuena démarrent ensemble sur le banc.

Groupe C : Pep « Genesio » Guardiola encore brillant

Il y a des matchs où ça ne veut pas. C’est là qu’intervient l’homme sur le bord du terrain, généralement en costard. Souvent comparé à son modèle Bruno Genesio, Pep Guardiola a sorti deux jokers de sa poche pour offrir une victoire à City, qui pataugeait jusque-là contre le Dinamo Zagreb. 10 minutes après son entrée, Sterling a ouvert le score. 4 minutes après la sienne, Phil Foden a marqué son deuxième but en Ligue des Champions pour assurer une victoire plus compliquée que prévue.

Malheur au vaincu dans ce duel entre l’Atalanta Bergame et le Shakthar Donetsk, tous deux à zéro point avant cette rencontre. A domicile, le club italien pensait avoir fait le plus dur en ouvrant le score, mais n’a pu tenir jusqu’à la mi-temps. Pire, Solomon est venu le crucifier à la 95ème. Très bonne opération des Ukrainiens, mission quasi-impossible pour les Italiens.

Groupe D : A toutes enjambés

On connait la discipline, le sens du sacrifice et la science de l’effort prônés par Simeone, le coach de l’Atletico. Imaginez alors comment réagirait son équipe si les adversaires partaient en contre-attaque ? Sept joueurs en sprint massif pour annihiler une action dangereuse, en voilà un qui doit être content depuis son banc de touche. Et ça marche, puisque grâce notamment à Partey et Joao Felix, l’Atletico renoue avec le succès.

On file également vers un duel passionnant entre l’Atletico et la Juventus pour la 1ère place de ce groupe. Car la Juve ne lâche rien non plus, à l’image d’un autre Portugais. Cristiano Ronaldo a longtemps buté sur la défense du Bayer, avant de trouver la faille. Et d’entrer, encore un peu plus, dans l’histoire de la Ligue des Champions.

Groupe E : Fortunes diverses

En ouverture de cette deuxième journée, Naples avait l’occasion de confirmer sa victoire acquise face à l’autre favori du groupe. Mais les Napolitains ont trop gâché face à des valeureux Belges qui avaient à cœur de faire oublier leur débâcle autrichienne. 0-0, finis les cauchemars d’Haland, l’honneur est sauf.

À Anfield, les Reds ont joué avec le feu contre l’autre Rasenballsport. Une avance de trois buts partie en fumée face à la fougue des Autrichiens ! En grand joueur qu’il est, Mo Salah a forcé la décision et remis le tenant du titre dans une position bien plus conforme à son statut…

Groupe F : Le gros coup du pistolero

Les hommes de Conte ont longtemps malmené le Barça sur son propre terrain, en répétant les sorties de balles fantastiques. Le signe d’un travail formidable, mais aucun point dans la besace à l’heure des comptes. Bah oui, car Luis Suarez a inscrit ses premiers buts en phase de poules depuis… 2016.

Dans l’autre match, le Slavia Prague a montré les crocs face au BVB. Un pressing très haut et de beaux mouvements, froidement douchés par un duo Brandt-Hakimi deux fois complices.

Groupe G : Une lueur d’espoir

Les Espoirs français ont joué leur partition lors de Leipzig – Lyon. Dans les deux sens. Sur le 1er but, Upamecano puis Konaté échouent à relancer face à Aouar, qui laisse finalement Memphis marquer. Sur le 2ème but, Terrier récupère le ballon dans les pieds de Mukiele avant d’aller doubler la mise. A eux cinq, les Français totalisent 42 sélections en équipe de France Espoirs.

En Russie, Benfica a sombré. Après sa défaite à domicile lors de la première journée, le club de Lisbonne s’est incliné 3-0 à St Petersbourg. Lors de la 1ère journée, on écrivait que c’était déjà l’urgence pour Benfica. Ca l’est encore plus désormais.

Groupe H : Bleu, blanc, rouge, mais pas en l’honneur de Lille

Et si l’Ajax n’était pas que l’équipe d’une année ? Encore une fois, les Néerlandais ont récité leur football. Et ça, sans De Jong et De Ligt, stars du parcours de l’an passé. Par contre, Ziyech lui est bien présent et continue d’illuminer la Ligue des Champions de son talent. Les rouge et blanc sont leaders du groupe.

Et ils sont talonnés par les « Blues ». Chelsea est venu s’imposer à Lille avec le 1er but en Ligue des Champions de son jeune buteur, Abraham. Encore une fois, les « Dogues » n’ont pas démérité mais ils n’ont pas été précis devant le but. Ils apprennent la dure loi de la plus prestigieuse des compétitions de clubs.

https://twitter.com/GaryLineker/status/1179477287244324864?s=20

Après ces deux journées bien remplies en émotions et en buts, on se retrouve les 22 et 23 octobre pour la 3ème journée de cette Ligue des Champions 2019/2020.

Photo crédits : PictureAlliance / Icon Sport

Co-écrit avec Thibaut Garioud